Après les attentats : «Des débordements ne sont pas à exclure»

le , mis à jour à 07:12
2
Après les attentats : «Des débordements ne sont pas à exclure»
Après les attentats : «Des débordements ne sont pas à exclure»

Le responsable de l'institut de sondage Ipsos craint que les chocs nourrissent la colère et entraînent des radicalisations.

 

La multiplication des attentats peut-elle fracturer la société française ?

Brice Teinturier. On ne peut l'exclure. Jusqu'à présent, nous n'avions pas constaté de flambée de violence contre la population musulmane. Après l'attaque de « Charlie Hebdo » en janvier 2015 et celle du Bataclan en novembre, la réaction des Français, passé la sidération, a été de chercher à comprendre. A s'informer, à respecter une sorte d'appel à la raison. Aujourd'hui, nous sommes dans un autre moment. Compte tenu du profil psychologique très particulier du tueur de Nice, de sa radicalisation tardive, la menace est plus difficile à cerner. Conséquence : la situation est encore plus frustrante, plus rageante, plus inquiétante. Et oui, cela peut être plus propice à des débordements.

«Nul ne sait vraiment si cela peut tenir ainsi ou si, à un moment donné, on risque une vraie rupture»

Les Français sont-ils résilients ?

Notre pays encaisse énormément de chocs, et depuis maintenant longtemps. Jusqu'à présent, la société française n'est pas partie en vrille. Il n'y a pas eu de violences soudaines contre un groupe de personnes, par exemple. La France a des ressources profondes, elle ne cède pas facilement à la panique ou à la haine. Mais attention, chaque secousse supplémentaire nourrit le doute, la colère, et peut-être une forme de radicalisation à venir. Nul ne sait vraiment si cela peut tenir ainsi ou si, à un moment donné, on risque une vraie rupture.

 

A Nice, comme dans d'autres villes, la parole raciste s'est libérée. L'islam est mis en cause...

Soyons clairs : dans nos études, nous constatons qu'il y a un niveau élevé, voire très élevé, de personnes qui nous disent que la religion musulmane, telle qu'elle est pratiquée aujourd'hui dans notre pays, n'est pas compatible ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • indyta il y a 8 mois

    bah y en a un qui avait tout compris,il y a 50 ans..mais bon c est d un ringard...bah voila ..ca commence a craquer de partout..et on fait l etonner,on declare que c est comme ca et fo s y faire ben voyons..c est sur que maintenant, c est un vrai boxon notre societe...

  • am013 il y a 8 mois

    Tout à fait exact