Après le vote en faveur du Brexit, Londres veut baisser l'impôt sur les sociétés

le
0
Le quartier des affaires de Londres, le 24 juin.
Le quartier des affaires de Londres, le 24 juin.

Le ministre des finances du Royaume-Uni a affirmé dans un entretien au « Financial Times » souhaiter mettre en place une « économie super-compétitive ».

Comment retenir les entreprises inquiètes après le référendum en faveur de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (UE) ? Dans un entretien au Financial Times (FT), dimanche 3 juillet, le ministre des finances britannique, George Osborne, affirme que son pays projette de faire passer sous la barre des 15 % l’impôt sur les sociétés.

Le grand argentier explique souhaiter mettre en place une « économie super-compétitive », avec cette baisse de plus de 5 points – le taux d’imposition étant actuellement de 20 % –, ce qui en ferait le plus faible parmi les grandes puissances économiques, selon le FT. « Il nous faut rester concentrés sur l’horizon et la route devant nous et tirer parti de la situation donnée », a fait valoir le ministre.

Effondrement de la livre Cette mesure, qui réduirait l’écart avec l’Irlande voisine, où l’impôt sur les sociétés à 12,5 % est un important facteur d’attractivité, interviendrait alors que des entreprises envisagent de quitter le Royaume-Uni en raison de l’incertitude pesant sur ses futures relations avec l’UE.

Le scrutin du 23 juin, lors duquel les Britanniques s’étaient majoritairement prononcés pour un Brexit, avait provoqué un effondrement de la livre face au dollar et un séisme boursier à l’échelle mondiale. Les marchés financiers ont depuis largement reconquis le terrain perdu, mais les entreprises s’inquiètent de voir le Royaume-Uni perdre son accès au marché unique.

Plusieurs sociétés, dont les compagnies aériennes easyJet et...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant