Après le thé, la Ville de Paris se lance dans la vente de café

le
0

Conçue avec les Comptoirs Richard, la gamme de cafés bio aux noms de cinq quartiers de la capitale veut séduire les Parisiens qui cherchent à consommer «local» et les touristes adeptes de la «Paris touch».

Paris doit tenir son rang de première destination touristique mondiale. Avec 32,3 millions d'arrivées de touristes dans ses hôtels en 2013, la capitale française devance toujours Londres, mais la concurrence est rude. C'est pourquoi la Mairie de Paris travaille d'arrache-pied au rayonnement de la ville, dont elle a fait une véritable marque qui ne s'impose pas seulement dans les boutiques de souvenirs mais aussi sur des produits de grande consommation. Un an après s'être affichée sur des boîtes de thé Mariage Frères, le logo et les couleurs de la Ville de Paris habillent désormais des paquets de cafés.

La mairie a lancé fin septembre une gamme de cafés bio pur arabica en collaboration avec les Comptoirs Richard (filiale des Cafés Richard) aux noms de cinq quartiers emblématiques de la capitale. «Café moulu Bastille, Marais, Champs-Élysées, ou café en grains Abbesses et Quartier Latin, nous plongent immédiatement dans l'ambiance des cafés parisiens et nous invitent à sillonner la capitale», se félicite la Ville de Paris. Ces cafés certifiés Ecocert sont commercialisés au prix de 11 euros le paquet de 250 grammes dans les huit points de vente parisiens et sur le site Internet des Comptoirs Richard, ainsi que dans la boutique et e-boutique de la Ville de Paris. Ils arriveront dans la première quinzaine de janvier dans les rayons du grand magasin de la rive gauche Le Bon Marché.

«Ce partenariat s'inscrit dans la politique de la ville qui vise à valoriser le savoir-faire des entreprises locales aussi bien à l'étranger qu'en France», résume Gildas Robert, responsable du département marketing et de la communication des marques de la Ville de Paris. Maison familiale fondée en 1892, les Cafés Richard ont approché la mairie pour mettre au point cette nouvelle gamme. Tandis que la marque profite de la visibilité de Paris pour tenter de conquérir de nouveaux marchés, notamment à l'étranger, la ville cible plus de consommateurs en s'affichant sur de nouveaux produits. «C'est une association qui profite à tous», selon le responsable. «Un Parisien sur dix travaille de près ou de loin dans le tourisme. En soutenant les entreprises parisiennes, cette démarche soutient aussi l'emploi local.»

Boutique en ligne et concept-store

Paris surfe aussi sur la tendance du Made in France, qui entend rallier les consommateurs autour des productions tricolores. «L'initiative de la ville et des Cafés Richard répond à l'attente actuelle d'appropriation de la part des habitants des villes», analysent les experts de LaSer, groupe européen de services spécialisé en relation client et marketing. «Un peu partout, à Paris et ailleurs, fleurissent T-shirts, casquettes et accessoires aux noms de quartiers, de villes ou même de régions, pourquoi ne pas prolonger cette logique jusqu'aux produits de grande consommation?»

La Ville de Paris - qui a elle-même développé 300 marques dont «Paris Plage», «Nuits blanches» ou «Vélib'» -a ouvert le 5 décembre dernier une boutique en ligne, puis au mois de mai un concept-store situé au rez-de-chaussée de l'Hôtel de Ville. Des souvenirs traditionnels aux objets d'art ou culturel, en passant par des objets de mode, de déco ou des inventions comme le casque de vélo pliable, la Mairie de Paris commercialise ainsi plus de 250 produits garantis 100% parisiens. S'il se refuse à dresser un bilan chiffré, à peine un an après le démarrage de cette activité, Gildas Robert assure que «les ventes de ces boutiques sont en ligne avec les objectifs que nous nous sommes fixés au départ».

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant