Après le Printemps Arabe, le 34e Cinemed se recentre sur le cinéma

le
0
"Cinemed 2012" All Rights Reserved
"Cinemed 2012" All Rights Reserved

(AFP) - Le festival Cinemed, dont la 34e édition a lieu du 26 octobre au 3 novembre à Montpellier, s'éloigne un peu de l'actualité chaude du pourtour méditerranéen pour aborder des thèmes plus divers, à l'instar du film présenté en ouverture, Le Capital, de Costa-Gavras, avec Gad Elmaleh.

Alors que le Printemps Arabe était au coeur de l'édition 2011, le contexte actuel n'apparaît que parfois, et en filigrane, dans la programmation 2012.

"Nous avons choisi de ne pas diffuser de films syriens. Parce que le cinéma syrien est officiel. Rien n'échappe dans ce pays à la censure", explique notamment le directeur du festival, Jean-François Bourgeot, qui a écarté "un joli dessin animé syrien" car il "n'aurait pas donné une vraie image du pays".

Principale exception : le 50e anniversaire de la fin de la guerre d'Algérie. Dans une région sensible à ce sujet, le festival ne pouvait faire l'économie d'un cycle spécifique, "Destins croisés", avec des films, des documentaires et des historiens qui évoqueront cette période.

De la corrida à la Gay Pride

Outre Costa-Gavras et Gad Elmaleh, Alexandre Arcady, Pascal Elbé, Bruno Podalydès, Christa Théret, Hiam Abbass, Renzo Rossellini, Lubna Azabal et Amr Waked sont les invités attendus de ce festival qui met en compétition 12 films, 22 courts-métrages et neuf documentaires et diffuse au total 217 films de 22 pays sur les 25 pays du pourtour méditerranéen.

Les films en lice pour six prix, dont l'Antigone d'or et celui de la critique, représentent les cinéma marocain, égyptien, espagnol, turc, bosnien, serbe. Avec des thèmes aussi divers que l'enlèvement d'une fille par son père, le réconfort dans l'Islam, la corrida, les concours de miss... ou les conditions de sécurité de la première Gay Pride en Serbie.

"Contrairement aux autres années, plusieurs des films que nous projetons en compétition seront diffusés en salle. Il y a de plus en plus de courage de la part des distributeurs", s'est réjoui M. Bourgeot, directeur de ce festival né au départ dans le ciné-club Jean Vigo, en 1979, et qui aimerait devenir un jour "le Cannes du film méditerranéen". "On en est loin", sourit-il.

Même variété d'origines et de thèmes parmi les courts métrages qui se verront aussi décerner six prix: un miracle en Arménie, un viol dans un kibboutz, le combat d'un Sénégalais pour faire reconnaître sa nationalité italienne ou un paysan qui vend sa vache à un musée d'art contemporain où elle est destinée à mourir artistiquement... de faim, ou encore l'histoire énigmatique d'un hold-up.

Cette 34e édition de Cinemed proposera aussi cinq films en avant-première et rendra un hommage à Costas-Gavras avec une table ronde et la diffusion de Z. Elle mettra également en lumière Roberto Rossellini avec une rétrospective, organisera une soirée exceptionnelle autour de Jalil Lespert et une journée du scénario autour de Bruno Podalydès.

Site internet : cinemed.tm.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant