Après le meurtre de Jo Cox, le Brexit recule dans les sondages

le
1
Le Premier ministre David Cameron a averti dimanche qu'un Brexit serait un choix existentiel sans retour possible.
Le Premier ministre David Cameron a averti dimanche qu'un Brexit serait un choix existentiel sans retour possible.

L'assassinat de la députée pro-européenne Jo Cox peut-il faire bouger les lignes lors du référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l'UE ? Alors que, jusqu'à présent, les enquêtes d'opinion donnaient le camp de ceux qui veulent sortir de l'UE gagnant, deux sondages publiés ce dimanche donnent le Brexit perdant et un autre donne les deux parties à égalité.

L'enquête réalisée vendredi et samedi par Survation pour le Mail on Sunday donne le camp du « in » en tête avec 45 % des suffrages contre 42 % pour le « out ». Quant au sondage Yougov pour le Sunday Times, réalisé jeudi et vendredi, il donne un point d'avance au camp du « in » à 44 % contre 43 % pour le « out ». Un troisième sondage publié samedi pour le journal The Observer donne les deux camps à égalité, avec 44 % de voix.

La campagne a repris

Le Premier ministre David Cameron a averti dimanche qu'un Brexit serait un « choix existentiel sans retour possible ». Après trois jours de deuil et d'union nationale, la campagne a repris dimanche, exposant de nouveau les profondes divisions dans le pays et le parti conservateur. De Boris Johnson, le champion des pro-Brexit, à David Cameron, le principal avocat d'un maintien dans l'UE, les principaux acteurs ont tous donné des interviews à la presse dominicale et devaient appuyer leurs arguments en apparaissant dans différentes émissions...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • kurki le dimanche 19 juin 2016 à 14:02

    A qui le crime profite-t-il ? Cherchez du côté des banques et de l'UE !