Après le ferroviaire, grève dans l'aérien en Allemagne

le
0

(Actualisé avec extension de la grève aux long-courriers) FRANCFORT, 20 octobre (Reuters) - Les pilotes de la compagnie allemande Lufthansa LHAG.DE ont étendu lundi leur grève, la huitième de l'année, aux vols long-courriers. Engagé depuis le début de l'année dans un conflit avec la direction de la compagnie aérienne sur les conditions de départ anticipé à la retraite, le syndicat Vereinigung Cockpit (VC) avait déjà annoncé une grève pour lundi, à partir de 13h00 (11h00 GMT), et mardi sur les liaisons courtes et moyennes distances. Il a prévenu lundi que les vols long-courriers seraient aussi affectés mardi entre 06h00 (04h00 GMT) et 23h59 (21h59 GMT). La direction de Lufthansa a annoncé dimanche soir l'annulation de 1.450 vols concernant plus de 200.000 passagers en raison de cette grève, qui succède à un arrêt de travail des conducteurs de train au cours du week-end. Ces deux grèves, aérienne et ferroviaire, interviennent alors que débutent les vacances scolaires dans près de la moitié des 16 Länder allemands. Ce mouvement social ne concerne pas la filiale low cost de Lufthansa, Germanwings, dont la direction veut développer les activités pour faire face à la concurrence des compagnies à bas coûts telles Ryanair RYA.I et easyJet EZJ.L sur les liaisons européennes de courte distance. Dirk Schlamp, analyste à DZ Bank, estime que cette série de huit grèves va réduire le bénéfice avant charges financières et impôts (Ebit) de Lufthansa de 80 à 90 millions d'euros cette année. "Une solution, toutefois, n'apparaît pas encore. Donc d'autres grèves sont possibles", dit-il. REPRÉSENTATION SYNDICALE VC, qui représente quelque 5.400 pilotes de la Lufthansa, veut conserver une réglementation qui permet aux pilotes de partir à la retraite à l'âge de 55 ans tout en recevant 60% de leur salaire avant qu'ils ne touchent leur retraite à 65 ans. Pour couvrir les coûts de cette mesure, le syndicat a proposé un plan. La direction de la Lufthansa a de son côté proposé de maintenir ce schéma pour les salariés entrés dans la société avant cette année. Mais elle veut augmenter le plus tôt possible l'âge de départ pour les nouveaux embauchés. Ce week-end, les conducteurs de train de la Deutsche Bahn ont effectué une grève de 50 heures, la troisième en moins de deux semaines. Elle a mis à l'arrêt deux tiers des trains nationaux. Le syndicat GDL réclame une augmentation des salaires de 5% pour 20.000 conducteurs et une réduction de la durée hebdomadaire de travail de 39 à 37 heures. Il veut aussi pouvoir négocier des accords salariaux pour l'ensemble des cheminots. La direction de la Deutsche Bahn attend l'adoption, prévue en novembre, d'une loi sur la représentation syndicale qui permettra dans chaque entreprise de valider un accord salarial conclu avec le syndicat majoritaire, ce qui n'est pas le cas de la GDL au sein de la compagnie ferroviaire. Le chef de ce syndicat, Claus Weselsky, a déclaré qu'il s'écoulerait une semaine avant un éventuel appel à une nouvelle grève dans les transports ferroviaires. (Ludwig Burger, Harro Ten Wolde et Madeline Chambers, avec Peter Maushagen,; Danielle Rouquié et Bertrand Boucey pour le service français, édité par Véronique Tison)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant