Après le Brexit, le FMI abaisse ses prévisions de croissance

le
0
L'aciérie Tata Steel à Port Talbot, au Pays de Galles le 2 juillet 2016
L'aciérie Tata Steel à Port Talbot, au Pays de Galles le 2 juillet 2016

Selon les scénarios, les incertitudes nées du référendum britannique du 23 juin pourraient coûter de 0,1 à 0,7 point à la croissance mondiale en 2017.

Cela fait désormais consensus : ces prochains mois, les incertitudes entourant le Brexit – la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (UE) – vont peser sur les économies britannique et européenne.

Mardi 19 juillet, le Fonds monétaire international (FMI) a à son tour revu ses prévisions de croissance mondiale à la baisse, en partie à cause du résultat du référendum qui s’est tenu outre-Manche le 23 juin. Il représente « un considérable risque baissier pour l’économie mondiale », souligne l’institution de Washington, dans la mise à jour de ses « Perspectives de l’économie mondiale ». « Cette incertitude devrait porter atteinte à la confiance et à l’investissement », précise-t-elle.

Dans le détail, l’économie mondiale devrait croître de 3,1 % en 2016 et de 3,4 % en 2017, contre 3,2 % et 3,5 % estimés en avril, prévoit le FMI. Selon lui, le Brexit affectera peu les Etats-Unis, dont l’économie devrait progresser de 2,2 % en 2016 et de 2,5 % en 2017. De même, les pays émergents et la Chine ne devraient guère être touchés, car le Royaume-Uni pèse peu dans leurs échanges commerciaux.

En revanche, les doutes planant sur le futur statut du pays devraient amputer le produit intérieur brut (PIB) britannique de 0,2 point en 2016 et de 0,9 point en 2017 – il tomberait ainsi respectivement à + 1,7 % et à + 1,3 %.

« Deux scénarios alternatifs » Si la croissance de la zone euro a été un peu révisée à la hausse pour 2016 (+ 0,1 point, à + 1,6 %), en raison des bons chiffres du premier ...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant