Après la tempête Xynthia, une mairie construit une digue sans autorisation

le
0
Après la tempête Xynthia, une mairie construit une digue sans autorisation
Après la tempête Xynthia, une mairie construit une digue sans autorisation

Sans attendre l'aval de la préfecture, le conseil municipal de Charron (Charente-maritime), un des villages sinistrés par la tempête Xynthia en février 2010, a décidé de la construction d'une contre-digue et lancé les travaux.

Protéger la population sans attendre. «Par rapport à la loi sur l'eau, il nous faudrait une autorisation administrative», reconnaît le maire Jérémy Boisseau, mais, selon lui, «la procédure pour lancer la construction de cet ouvrage doit encore prendre beaucoup de temps, nous ne pouvons plus attendre». «L'hiver arrive et nous devons protéger la population, d'autant que la digue face à la mer ne sera pas faite avant un an ou deux. Je suis maire, je prends mes responsabilités», a-t-il dit, assurant que la préfecture de Charente-Maritime a été informée et s'est déplacée sur le chantier.

Un bourrelet de terre d'1,50 m de haut. Cette contre-digue est une levée de terre construite en lisière de la zone habitée, en arrière de la digue elle-même, et a pour but de protéger les habitations une fois que la digue principale, face à la mer, aura été submergée, en empêchant l'eau d'atteindre les habitations. «C'est un gros bourrelet de terre, d'un mètre cinquante de haut sur un kilomètre de long», a expliqué Jérémy Boisseau.

Un équipement à 120 000 ?. Le maire insiste sur le fait que cette contre-digue fait partie des ouvrages prévus par le bureau d'étude qui travaille sur le Papi (Programme d'Actions de Prévention des Inondations) qui doit être validé d'ici la fin de l'année. «Nous n'avons pas imaginé ça tout seuls, ça a été réfléchi, et c'est quelque chose qui figure dans les plans. C'est un ouvrage qui sera pérenne. Je ne dépense pas l'argent public pour faire n'importe quoi», a-t-il souligné. La contre-digue va coûter 120 000 ? à la petite commune, mais le maire espère que celle-ci sera ultérieurement validée et financée.

Des morts en 2010. Le 28 février 2010, une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant