Après la Meuse, la région Lorraine visée par une cyberattaque

le
1
Après la Meuse, la région Lorraine visée par une cyberattaque
Après la Meuse, la région Lorraine visée par une cyberattaque

Le site internet du Conseil régional de Lorraine a été la cible d'une attaque informatique samedi, une action qui survient 48 heures après l'attaque du site du Conseil général de la Meuse, a-t-on appris dimanche.Cette action contre le site lorrain, confronté à un assaut informatique samedi vers 14h00 depuis des serveurs basés "à l'étranger", n'a pas été revendiquée, a indiqué à l'AFP Thibault Villemin, premier vice-président de la région Lorraine, confirmant des informations parues dans l'Est Républicain dimanche.Le site de la région a alors été mis volontairement "hors service" à titre préventif sur décision du Conseil général. L'attaque s'est terminée dimanche matin et tout est rentré dans l'ordre dimanche vers midi.Le site a alors été remis en ligne et rendu de nouveau accessible."L'attaque a été bloquée avant que (les pirates) ne puissent rentrer sur le site", a commenté M. Villemin. "Ils n'ont pas réussi à prendre la main sur le serveur, ni eu le temps de signer l'attaque, en modifiant par exemple la page", a-t-il ajouté.La veille, des attaques visant deux sites internet gérés par le Conseil général de la Meuse ont été revendiquées sur le réseau Twitter. Les attaques émanaient semble-t-il d'opposants au projet de site d'enfouissement de déchets nucléaires à Bure (Meuse), selon M. Villemin."Non au # Nucleaire # Bure # Meuse # OPGPII # GPII # CEA # Anonymous", peut-on lire dans l'un de ces messages publiés sous un compte intitulé "Reaper Tango down".Le site internet du conseil général de la Meuse a également été la cible d'une attaque informatique jeudi soir revendiquée par un groupe de hackers "Anonymous".Le mois dernier, des Anonymous avaient déjà mené des attaques contre une trentaine de sites du département du Tarn pour protester contre le projet de barrage de Sivens et la mort du jeune militant écologiste Rémi Fraisse.Début ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le dimanche 14 déc 2014 à 17:58

    Vu la qualification des informaticiens fonctionnaires, souvent de vieux programmeurs Cobol reconverti à la va que je te pousse à Java, les attaques sont à la portée de n'importe qui. Je ne sais même pas s'ils ont compris à quoi pouvait bien servir un pare-feu...croyez moi...je doute .... pour les avoir vu à l'œuvre !!!!!