Après la France, S & P dégrade le secteur public

le
0
EDF, la SNCF, Aéroports de Paris ou encore l'Unedic ont subi mardi la conséquence de la perte du AAA de l'État français. Les marchés sont, à ce stade, insensibles à l'abaissement de leur notation.

Sans surprise, la dégradation de la note souveraine de la France, ramenée vendredi dernier par l'agence Standard & Poor's de AAA à AA+, produit ses effets en cascade. Mardi, S & P a ainsi retiré leur AAA à quatre entités publiques qui en disposaient encore: Réseau ferré de France, l'Unedic, la Cades (Caisse d'amortissement de la dette sociale) et l'AP-HP (Hôpitaux de Paris) sont tous désormais eux aussi notés AA+. Aucune institution ne pouvant être mieux notée que son État de référence, la dégradation de la Caisse des dépôts et consignations est également imminente.

S & P a en outre amendé son ­jugement concernant quatre entreprises directement liées à l'État qui en est l'actionnaire exclusif ou majoritaire. La SNCF, EDF et RTE - le Réseau de transport d'électricité détenu par EDF - ont vu leur note dégradée d'un cran, à AA avec une perspective négative pour la première, à A+ (perspective stable) pour les deux autres. Aéroports de Pa

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant