Après la CGT, FO maintient l'appel à manifester

le
5
APRÈS LA CGT, FO MAINTIENT L'APPEL À MANIFESTER
APRÈS LA CGT, FO MAINTIENT L'APPEL À MANIFESTER

PARIS (Reuters) - Après le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, son homologue de Force ouvrière (FO), Jean-Claude Mailly, maintient l'appel à manifester les 23 et 28 juin contre le projet de loi Travail, malgré les mises en garde du Premier ministre.

"Nous maintenons les appels aux rassemblements et manifestations prévus les 23 et 28 juin", déclare-t-il dans une interview publiée lundi par Le Parisien.

Manuel Valls a réitéré dans Le Journal du Dimanche ses mises en garde aux syndicats en pointe dans la contestation contre le texte réformant le marché du Travail, examiné au Parlement.

Compte tenu du climat actuel de violence, des incidents qui ont marqué les derniers cortèges et du déroulement de l'Euro de football, les organisateurs de ces manifestations "devraient annuler eux-même ces rassemblements", a dit le Premier ministre, qui a brandi de nouveau la menace d'une interdiction.

Philippe Martinez a redit, lors du Grand rendez-vous iTELE-Europe 1-Le Monde, qu'il n'était pas question d'annuler les journées d'action de jeudi et du 28 juin.

Pour Jean-Claude Mailly, "le bon sens" voudrait que le gouvernement examine les propositions de la CGT et de FO.

"Voici ce qui, selon moi, permettrait une sortie par le haut et sonnerait l'arrêt des mobilisations", poursuit-il.

"A chaque fois que le Premier ministre intervient, prend la parole dans les médias, il se comporte en pyromane au lieu d'apaiser la situation", ajoute-t-il.

(Emmanuel Jarry)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jbellet il y a 6 mois

    Deux irresponsables i capables de maîtriser leurs troupes qui cassene tout et veulent manger du flic

  • godardja il y a 6 mois

    Côté Gouvernement, la "menace" d'interdiction des manifs est un aveu de faiblesse. On interdit ou on n'interdit pas mais on ne menace pas.

  • 445566ZM il y a 6 mois

    Pour une fois le gouvernement ne recule pas devant les exigences des syndicats, donc ces derniers sont très surpris. Le projet de loi permet d'organiser un référendum dans une entreprise, ce qui donne de l'importance aux salariés, mais les syndicalistes s'arrogent le droit de représenter l'ensemble des salariés, quitte à faire couler quelques entreprises de plus.

  • dotcom1 il y a 6 mois

    Ils répondent de la sécurité du cortège, ce sera difficile pour eux de rejeter les débordements.

  • M9390997 il y a 6 mois

    Du pain et des jeux ne semble plus bien fonctionner pour calmer le peuple !