Après l'accord avec l'Iran, Berri espère un président au Liban

le
0

BEYROUTH, 15 juillet (Reuters) - L'accord sur le nucléaire iranien pourrait permettre de surmonter les obstacles qui ont empêché depuis plus d'un an l'élection d'un président au Liban, a estimé mercredi le président du parlement libanais, Nabih Berri. Le poste de président de la république, traditionnellement dévolu à un chrétien maronite dans le cadre du partage des pouvoirs entre les communautés libanaises, est vacant depuis l'expiration du mandat de Michel Sleimane en mai 2014. L'élection de son successeur se heurte depuis aux rivalités entre les partis soutenus par les deux grandes puissances régionales, l'Iran et l'Arabie saoudite. Téhéran soutient notamment le Hezbollah chiite, tandis que Ryad, qui a réagi très fraîchement à l'accord signé mardi à Vienne, appuie le Courant du futur, le parti de l'ancien Premier ministre sunnite Saad Hariri. "Cet accord (nucléaire) pourrait contribuer à instaurer le climat qui permettra de surmonter les obstacles à l'élection d'un président de la République", a déclaré Nabih Berri, lui-même allié de l'Iran, selon un communiqué de ses services. (Tom Perry; Tangi Salaün pour le service français) )

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant