Après Hitachi Maxwell, Japan Display manque ses débuts à Tokyo

le
0
JAPAN DISPLAY MANQUE SES DÉBUTS EN BOURSE
JAPAN DISPLAY MANQUE SES DÉBUTS EN BOURSE

par Edmund Klamann et Takashi Umekawa

TOKYO (Reuters) - Japan Display, le premier fabricant mondial d'écrans pour smartphones, a chuté de 17% mercredi pour sa première séance de cotation à Tokyo, des débuts manqués qui font suite à ceux de Hitachi Maxwell la veille et reflètent la désaffection des investisseurs étrangers pour la place japonaise cette année.

L'offre publique de vente (IPO) de 3,3 milliards de dollars (2,4 milliards d'euros), la plus importante depuis le début de l'année à Tokyo, avait déjà reçu un accueil mitigé des investisseurs étrangers inquiets pour l'évolution des prix des écrans pour smartphones et tablettes.

Le fournisseur d'Apple a en conséquence ramené à 37,5%, au lieu de 45%, la part de l'IPO réservée aux étrangers et a opté pour un prix d'introduction de 900 yens, à la limite inférieure de sa fourchette d'indicative.

Malgré cette prudence, le titre a échoué à 763 yens au terme de sa première séance, après avoir reculé jusqu'à 706 le matin.

Mardi déjà, le fabricant de batteries Hitachi Maxell avait chuté de 14% pour ses débuts en Bourse.

Les analystes imputent davantage ces débuts manqués aux conditions de marché difficiles qu'aux fondamentaux des deux entrants.

"Après la baisse de Hitachi Maxwell hier, on a craint la même chose avec Japan Display et les ordres de vente ont pris le dessus", commente Nobuyuki Fujimoto, chez SBI Securities.

De manière générale, dit-il, les investisseurs étrangers sont mécontents du rythme de la dérégulation au Japon et inquiets des conséquences du relèvement de la TVA qui interviendra le 1er avril.

Les débuts difficiles de Hitachi Maxwell et Japan Display contrastent avec l'année faste qu'a connue la place japonaise en 2013. Sur les 54 valeurs introduites l'an dernier à Tokyo, 52 avaient progressé lors de leur premier jour de cotation.

"Les conditions de marché ne sont pas favorables actuellement et il y a une réelle désaffection des investisseurs", reconnaît Masayuki Otani, analyste chez Securities Japan.

Mais il n'exclut pas un retour en grâce pour Hitachi Maxwell et Japan Display quand ils publieront leurs résultats.

Japan Display prévoit ainsi de tripler son bénéfice d'exploitation sur l'exercice clos fin mars, à 30,4 milliards de yens (215 millions d'euros).

Le groupe, issu de la fusion il y a deux ans des écrans pour petits appareils de Sony, Toshiba et Hitachi , a pour principaux concurrents le japonais Sharp et le sud-coréen LG Display.

Son principal actionnaire, le fonds national d'innovation Innovation Network Corp of Japan, a ramené sa participation de 86,7% à 35,6% à l'occasion de l'IPO.

(Avec Daiki Iga, Dominic Lau, Ayai Tomisawa et Reiji Murai, Véronique Tison pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant