Après des appels à supprimer l'application, Uber condamne le décret anti-immigration de Trump

le
1
L'application Uber.
L'application Uber.

Le hashtag #DeleteUber a inondé samedi les réseaux sociaux, la plateforme américaine étant soupçonnée d’avoir voulu tirer profit d’une manifestation contre le décret.

Soupçonnée d’avoir voulu tirer parti d’un mouvement de contestation des chauffeurs de taxi contre le décret anti-immigration de Donald Trump, la société de voitures de transport avec chauffeur Uber a été conduite à condamner fermement, dimanche 29 janvier, les mesures prises par le nouveau président américain. Alors que les internautes avaient depuis plusieurs heures appelé à supprimer l’application, Travis Kalanick, le patron de la plateforme américaine, a tenté d’éteindre l’incendie sur les réseaux sociaux, critiquant un décret « injuste ».

#DeleteUber La société Uber s’est retrouvée sous le feu des critiques samedi sur les réseaux sociaux pour avoir proposé des prix inférieurs à ceux qui auraient pu être pratiqués, en marge d’un mouvement de taxis qui protestaient contre le décret de Donald Trump à l’aéroport JFK de New York. Rapidement, les internautes se sont mis à poster des photos les montrant en train de supprimer l’application, avec le hashtag #DeleteUber (« supprimez Uber », en français).

Uber a réagi sur Twitter, assurant ne pas avoir cherché à « casser la grève ». « Le décret anti-immigration est contraire à tout ce en quoi Uber croit », a plus tard assuré sur Facebook Travis Kalanick, reconnaissant que « des milliers » de chauffeurs seraient touchés par ce décret présidentiel. Entré en application vendredi soir, celui-ci interdit l’entrée aux Etats-Unis des ressortissants d’Iran, d’Irak, du Yémen, de Somalie, du Soudan et de Libye pendant une durée de 90 jo...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4145072 il y a 10 mois

    Le politiquement correct est déjà pénible mais, quand il est forcé, il est carrément insupportable.