Après avoir rassuré ses lieutenants, Fillon organise sa contre-offensive

le
0
Sommé de s'expliquer par Jean-François Copé, l'ex-premier ministre va affronter les instances du parti mardi matin, après s'être assuré du soutien de ses proches.

Avant la réunion du comité politique de mardi, François Fillon a affranchi Jean-François Copé sur la position qu'il comptait tenir devant ses pairs. Durant leur entretien, lundi matin, l'ex-premier ministre a expliqué qu'il n'appellerait «jamais à voter pour le Front national», un parti qu'il considère «à la lisière de la République», rapporte un proche.

Fillon «constate que la stratégie vis-à-vis du Front national suivie depuis trente ans est un échec et que l'UMP est dans l'impasse, coincée entre le Front national et le Parti socialiste», poursuit ce collaborateur.

S'il a pris position en faveur «du moins sectaire des candidats», c'est parce qu'il n'a «jamais été fan du "ni-ni" (ni Front national ni front républicain, NDLR) et qu'il considère que les consignes de vote don...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant