Appsurdité? Une lecture marathon pour fustiger les conditions d'utilisation des applications

le
0
Appsurdité? Une lecture marathon pour fustiger les conditions d'utilisation des applications
Appsurdité? Une lecture marathon pour fustiger les conditions d'utilisation des applications

À quoi s'engage-t-on quand on télécharge une application sur son portable? Pour démontrer leur "absurdité", des Norvégiens ont lu sans interruption les conditions générales d'utilisation d'une trentaine d'apps comme Tinder et Twitter, un marathon de près de 32 heures.Quelque 260.000 mots ou 900 pages, soit plus que le Nouveau Testament: c'est ce que représentent les conditions d'emploi des 33 applications que l'on trouve généralement sur un smartphone norvégien sans que son propriétaire les ait lues en général, selon le Conseil des consommateurs.Afin d'en démontrer la complexité, cet organisme public a demandé à des utilisateurs de se relayer pour en faire la lecture ininterrompue, un programme de "slow TV" "parfaitement ennuyeux" a reconnu l'organisme public qui l'a diffusé en direct sur son site."L'objectif est de montrer que les conditions d'emploi des services numériques, applications ou autres, sont déplorables", a expliqué à l'AFP le responsable des questions numériques du Conseil, Finn Myrstad. "Elles sont beaucoup trop longues et inintelligibles".La lecture, qui concerne aussi YouTube, iTunes, Facebook, Gmail, Skype, Instagram, Netflix ou encore Angry Birds, a pris exactement 31 heures 49 minutes et 11 secondes. "Imaginez si tous les utilisateurs qui ont un smartphone dans le monde devaient utiliser plus de 30 heures. C'est plus de quatre journées de travail rien que pour lire les conditions d'emploi sur un téléphone portable", a souligné M. Myrstad.Pour changer la donne, l'organisme recommande une simplification de l'exercice avec des conditions d'utilisation réduites à l'essentiel, écrites de manière structurée, concise et compréhensible dans une forme standardisée.Parmi les conditions les plus problématiques, il pointe du doigt celles accordant une licence d'utilisation "perpétuelle" ou "irrévocable" à l'autre partie."Cela signifie ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant