Appropriation de terres par l'Etat d'Israël en Cisjordanie

le
0

JERUSALEM, 31 août (Reuters) - Les autorités israéliennes ont annoncé dimanche l'appropriation par l'Etat de 400 hectares de terrain en Cisjordanie, décision qui, selon un responsable palestinien, ne fera qu'aggraver les frictions après le conflit dans la bande de Gaza. Quatre cents hectares du bloc de colonies de peuplement d'Etzion, près de Béthléem, ont été déclarés "terres de l'Etat, sur les instructions de la hiérarchie politique", par l'administration civile. Selon Radio-Israël, la décision a été prise en riposte à l'enlèvement et à l'assassinat de trois adolescents juifs par des militants du Hamas en juin dans le secteur. L'avis publié par l'armée ne mentionne cependant aucune raison à la décision. Le mouvement La Paix maintenant, qui s'oppose à la colonisation en Cisjordanie, a estimé que cette appropriation visait à pérenniser une colonie où vivent pour l'heure 10 familles, à proximité d'une yeshiva. La construction d'une importante colonie sur les lieux, appelés "Gevaot", est envisagée par Israël depuis l'an 2000. L'an dernier, le gouvernement a lancé un appel d'offres pour la construction de 1.000 unités de logement à cet endroit. Pour La Paix maintenant, il s'agit de la plus importante appropriation de terres par l'Etat d'Israël en Cisjordanie depuis les années 1980. Nabil Abou Rdainah, porte-parole du président palestinien Mahmoud Abbas, a demandé à Israël de revenir sur cette appropriation. "Cette décision sera un facteur d'instabilité. Cela ne fera que jeter de l'huile sur le feu, après la guerre à Gaza", a-t-il dit. (Jeffrey Heller à Jérusalem et Ali Sawafta à Ramallah; Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant