Apprentis : vers un salaire minimum déconnecté de l'âge ?

le
7

Dans un livre blanc publié mercredi, les chambres de métiers et de l'artisanat (CMA) demandent la création d'un salaire minimum légal de l'apprenti basé sur le seul critère de niveau du diplôme et non plus sur l'âge.

Ce livre blanc a été remis mercredi à la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, alors qu'une concertation est en cours sur la future réforme de l'apprentissage, considéré comme une "voie d'excellence" par les syndicats, le patronat et les gouvernements successifs, mais qui peine à attirer les jeunes.

Actuellement, la rémunération des apprentis varie en fonction de l'âge et correspond à un pourcentage du Smic. ( AFP / MYCHELE DANIAU )
Actuellement, la rémunération des apprentis varie en fonction de l'âge et correspond à un pourcentage du Smic. ( AFP / MYCHELE DANIAU )

Les CMA dressent une liste de propositions pour une "réforme ambitieuse". Parmi elles, un salaire minimum légal de l'apprenti, basé sur le seul critère du niveau de diplôme préparé, et ce quel que soit l'âge. Les branches auraient la possibilité d'offrir des conditions "plus avantageuses", tandis que l'État et les régions pourraient "compléter ce salaire par des aides", suggèrent les chambres.

Actuellement, la rémunération des apprentis varie en fonction de l'âge et correspond à un pourcentage du Smic. Ainsi, "à diplôme et niveau de formation égaux, la rémunération d'un apprenti majeur est plus élevée que celle d'un apprenti mineur", regrettent les CMA. En outre, elles déplorent la "complexité" du système, dont la "difficulté, voire l'impossibilité à intégrer des apprentis en cours d'année scolaire" et des "délais très longs de mise en place d'une formation".

Les CMA proposent donc de "permettre des entrées et sorties permanentes en cours d'année". Elles veulent aussi "modulariser" les formations dans les CFA "par briques de compétences" et non par disciplines. Autres propositions : organiser "des passerelles" entre les CFA (qui relèvent des conseils régionaux) et les lycées professionnels (Éducation nationale), ainsi qu'entre les diplômes de l'Éducation nationale et les titres de professionnels de l'artisanat, notamment en créant des doubles certifications.

Le livre blanc préconise une possibilité de rupture du contrat d'apprentissage lorsque l'entreprise rencontre des difficultés financières "sérieuses"; un assouplissement de la durée de formation dans les CFA (qui actuellement ne peut être inférieure à 400 heures par an), ou encore une "simplification" des dérogations pour les mineurs qui travaillent de nuit ou font des heures supplémentaires (transformation de la demande d'autorisation en une déclaration simple de dérogation de l'employeur auprès de l'inspecteur du travail). Sur le financement, les CMA demandent "une plus juste répartition de la taxe d'apprentissage pour financer efficacement les CFA".

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • vazi il y a une semaine

    Voila un article tellement incomplet qu'on ne peut rien dire hormis spéculer !!!

  • mxnagg il y a une semaine

    jml tu veux que les guss emprunt comme aux USA afin de Payer les Hoteliers pour se former 5-10ans a bien nettoyer les toilettes ? Faut etre serieux ! On parle pas d'apprenti dans l'industrie aerospatial, les Apprentis c'est des Esclaves qui ne s'occupe QUE des taches les plus basse pour "leur faire les pieds".

  • jmlhomme il y a une semaine

    Il est grand temps de comprendre que la formation d'un apprenti se paie....Pourquoi paierait les prof d'école et pas les professeurs de la profession du Jeune ou du moins jeune. Bien sur qu'un Boulanger qui forme de futur boulanger ne doit pas payer celui qui apprend mais le contraire. Et c'est vrai pour un boulanger comme pour un commercial ou une autre activité professionnelle. L'integration d'une personne dans une entreprise est bien sur un temps de formation.

  • grebert2 il y a une semaine

    Il est si difficile de trouver un maître d'apprentissage. Augmenter le coût d'un apprenti = moins d'apprentis ....

  • mxnagg il y a une semaine

    L'apprentissage est une astuce pour de l'esclavage pur et simple. A travail egale = Salaire Egale ( ca a rien a voir avec le Diplome, l'age ou le Sexe ) faut etre coherent 5 minutes dans ce pays ! Si Travail alors SMIC. trop facile de faire porter les parpaings par une batterie "d'apprenties semi-gratos" qui aprendront absolument RIEN a faire que les basses besognes.

  • H.MANSIL il y a une semaine

    je pense de manière plus générale que les salaires bruts vont stagner pendant un bon moment en raison de la baisse des charges donc de l'augmentation du "net" il sera alors difficile de demander des augmentations du brut Ce sera un des effets "pervers" de hausse de la csg

  • mxnagg il y a une semaine

    rupture du contrat d'apprentissage lorsque l'entreprise rencontre des difficultés financières "sérieuses" et Bah non ! le contrat d'apprentissage est fait ( doit etre fait ) avec la BRANCHE qui delegue l'apprentissage a une entreprise Tuteur de compagnon. Si l'entreprise coule la Branche en trouve une Autre et maintient le contrat. Si il y en a pas en demande... C'est que l'aprentissage dans cette voie etait pas justifier a la base : la Branche assumera