Apprenez à compter les pièces de votre logement

le
0

Vous voulez acheter ou cherchez à vendre votre appartement ? Pour vous aider dans vos recherches ou dans la rédaction de votre annonce, Le Figaro Immobilier vous donne des astuces pour disséquer votre logement.

Peut-être avez-vous eu l’impression d’être infantilisé en lisant le titre de cet article. Nous allons vous prouver le contraire! Si dans l’absolu, compter les pièces de son logement peut s’apparenter à un jeu d’enfants, la réalité juridique est beaucoup plus complexe, et supplante le simple «bon sens». C’est pourquoi nous allons plutôt vous ré-apprendre à compter les pièces de votre logement, afin de vous éviter tout malentendu que ce soit dans la lecture ou dans l’écriture d’une annonce immobilière, par exemple. Que vous souhaitiez acheter ou vendre.

Avant toute chose, il n’est pas inutile de redéfinir ce qu’est exactement la surface habitable d’un logement. Elle comprend la totalité de la surface au sol d’un bien immobilier dont la hauteur sous plafond excède 1,80 mètres. Chaque pièce et chaque espace est comptabilisé, y compris les rangements ou placards intégrés.

Compter ou ne pas compter une pièce inférieure à 9 mètres carrés? Là est la question. Soyez honnête: une toute petite pièce n’est pas une vraie pièce, et il ne convient pas de la comptabiliser en tant que pièce à part entière. En revanche, il est judicieux de mentionner l’existence d’un espace «supplémentaire» qui peut faire office de rangement, de dressing, voire de bureau. Si vous vendez, vous pouvez également faire une surprise à vos potentiels acheteurs lors de la visite, conseille le site PAP.fr.

Le cas d’une pièce «aveugle». Ceci n’est pas une pièce invisible mais une pièce dans laquelle on ne voit rien. En d’autres termes, une pièce qui ne dispose d’aucune ouverture sur l’extérieur. Ce qui ne veut pas dire qu’elle n’est pas une «vraie» pièce. Au contraire: à moins qu’il ne s’agisse d’un réduit, vous devez la comptabiliser, tout en prenant bien soin de préciser l’absence de lumière. De cette manière, aucune mauvaise surprise possible!

Quid des pièces «en enfilade»? C’est le plan d’appartement idéal pour ruiner tout espoir de colocation: à la visite, vous découvrez que l’on ne peut accéder à une chambre sans passer par l’autre! Ces pièces de réception qui communiquent entre elles sans couloir se trouvent encore dans certains immeubles anciens. Cette caractéristique «pratique» inadaptée à notre époque ne réduit pas les pièces en enfilades au rang de «sous-pièce». Simplement, il faut bien prendre garde à préciser leur existence!

Une mezzanine, ça compte aussi? La mezzanine est également une pièce et peut être comptabilisée même si elle est ouverte sur une autre. Le seul bémol survient lorsque la hauteur sous plafond est inférieure à 1,80 mètre...

Que reste-t-il alors? Il reste tous les espaces qui ne sont pas considérés comme des pièces à part entière! Les toilettes, naturellement, la salle de bain, la cuisine, et toutes les pièces dites «d’eau». Idem pour les pièces de service comme le couloir, l’entrée, le dressing, cage d’escalier, cave, sous-sol non aménagé, ou paliers... Ajoutons qu’une cuisine américaine ou une véranda ne sont pas de «vraies» pièces: elles n’ont en effet pas de cloison, et leur surface doit être ajoutée à celle de la pièce à vivre où elle se situe.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant