Appliquons au foot la recette du quatre-quarts

le
0
Karim Benzema, le 28 mai.
Karim Benzema, le 28 mai.

La polémique sur la non-sélection de Karim Benzema en équipe de France a amusé deux professeurs de médecine, José Cohen et Philippe Grimbert. Ils suggèrent que l’on s’inspire d’une célèbre recette de gâteau pour composer le Onze tricolore.

Les propos d’Eric Cantona suggèrent que les choix opérés par le sélectionneur de l’équipe de France Didier Deschamps seraient la conséquence de l’influence d’une société de plus en plus raciste aux dépens d’un choix sportif plus rationnel. Le patronyme et les origines supposées du sélectionneur national ne feraient que renforcer un parti pris délibérément ethnique dans la composition de l’équipe de France de football. Au-delà des polémiques et des passions soulevées par ces questions, il nous a semblé à nous, universitaires impliqués dans la gestion médicale et scientifique des disparités et compatibilités entre individus, nécessaire de procéder à une analyse scientifique rigoureuse des enjeux et des solutions à cette question.

Notre travail a consisté à recueillir toutes les informations ethniques disponibles sur l’origine précise et non fantasmée des joueurs de la sélection nationale. Aux justes constatations d’Eric Cantona quant à la faible représentation des joueurs d’origine maghrébine s’ajoute un constat accablant. L’analyse révèle les faits scientifiques suivants : il existe une surreprésentation notable de joueurs issus d’une immigration directe ou de seconde génération provenant de l’Afrique subsaharienne de l’Ouest (100 %) au détriment des joueurs issus de l’Afrique subsaharienne de l’Est (0,00 %) ; De plus, nous avons observé une absence totale de représentant des communautés originaires d’Asie alors même que notre population nationale compte sur son territoire ...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant