Apple sur le grill à Washington pour sa stratégie d'évitement fiscal

le
0
Apple sur le grill à Washington pour sa stratégie d'évitement fiscal
Apple sur le grill à Washington pour sa stratégie d'évitement fiscal

Apple était sur le grill mardi au Sénat américain, accusé d'utiliser des failles des systèmes fiscaux à une échelle internationale pour éviter de payer des impôts sur des dizaines de milliards de dollars de revenus.Carl Levin, président démocrate d'une commission d'enquête du Sénat, reproche à la société d'avoir "cherché le Saint Graal de l'évasion fiscale".Le groupe informatique réplique qu'il est celui payant le plus d'impôts aux Etats-Unis, 6 milliards de dollars l'an dernier, et a démenti avoir recours à de quelconques "artifices fiscaux".Apple "n'utilise pas de crédits renouvelables de filiales étrangères pour financer ses opérations nationales (aux Etats-Unis); il n'a pas d'argent sur une île des Caraïbes; et il n'a pas de compte bancaire aux îles Caïmans", a affirmé la société dans un communiqué.Le patron du groupe à la pomme, Tim Cook, doit témoigner en personne plus tard dans la journée lors d'une audition au Sénat, qui a débuté vers 13H30 GMT avec des témoignages de parlementaires et d'experts en fiscalité.Richard Harvey, un professeur de l'université de Villanova, a reconnu qu'Apple avait probablement "agi dans les limites de la législation internationale", mais a dit être "presque tombé de (sa) chaise" en entendant le groupe dire qu'il n'utilisait pas d'artifices.Sans aller jusqu'à accuser Apple de pratiques illégales, la commission d'enquête lui reproche d'avoir contourné le paiement d'impôts avec un complexe réseau de filiales à l'étranger, dont certaines ne sont "qu'un simulacre et un pur instrument pour la société", selon M. Levin.La holding qui chapeaute les filiales à l'étranger du groupe, Apple Operations International, n'a ainsi aucun salarié mais des bénéfices totalisant 30 milliards de dollars sur les cinq dernières années. Elle a réussi, "en exploitant les failles" des législations fiscales américaine et...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant