Apple lance une montre et des iPhone pour reprendre la main

le
0

* Apple devait lancer une nouveauté après plusieurs années sans * Les premiers commentaires sur la montre sont prudents * Ecrans plus grands avec l'iPhone 6 * Apple vient sur le terrain de Samsung * L'action finit en léger repli (Actualisé avec commentaires d'analystes) par Christina Farr et Alexei Oreskovic et Deepa Seetharaman CUPERTINO, Californie, 10 septembre (Reuters) - Apple AAPL.O a dévoilé mardi une montre ainsi que deux iPhone, de plus grande taille que les précédentes versions de son smartphone vedette, son patron Tim Cook cherchant à relancer la réputation d'innovation technologique du groupe. La montre est le premier nouveau produit lancé par la firme à la pomme depuis la tablette iPad en 2010 et depuis que Tim Cook a succédé en 2011 à Steve Jobs, co-fondateur du groupe. Connectée à un iPhone, la montre de nouvelle génération pourra recevoir des appels et des messages, servir de porte-feuille électronique mais également fournir des données sur l'état de santé de son propriétaire grâce à des capteurs spéciaux. Les premières impressions sont mitigées. Certains estiment qu'Apple va balayer la concurrence mais d'autres soulignent que le fait que l'appareil doive être relié à un iPhone risque de limiter ses ventes. Vendue début 2015 à partir de 349 dollars (270 euros), soit 50 dollars de plus que la version la moins chère de l'iPhone 6 avec abonnement, ce prix élevé pourrait aussi s'avérer dissuasif pour certains consommateurs. En version de luxe plaquée or, son prix pourra atteindre 1.000 dollars, souligne Danielle Levitas, analyste chez IDC. Sony 6758.T , Samsung 005930.KS , LG Electronics 066570.KS et Qualcomm QCOM.O ont déjà lancé leur smartwatch, mais sans grand succès jusqu'à présent. "Les gens risquent de se gratter la tête avec cette montre, notamment parce que pour l'utiliser avec succès et profiter de ses fonctionnalités, vous devez aussi avoir un iPhone", commente Daniel Morgan, chez Synovus Trust à Atlanta. "Je ne sais pas s'ils vont dans la bonne direction avec cette iWatch." La concurrence gardera toutefois l'oeil ouvert. Elle se souvient qu'Apple a bouleversé l'industrie musicale avec ses iPod et a précipité la chute d'un constructeur de smartphone comme Blackberry, autrefois dominant. "Pas aussi cool que je le craignais. Nick Hayek dort sans doute un peu mieux ce soir", commente Jon Cox, analyste qui suit les fabricants de montres suisses chez Kepler Cheuvreux à Zurich en faisant référence au patron du groupe Swatch. Le titre Apple a fini en légère baisse, de 0,37%, à 97,99 dollars sur le Nasdaq, après avoir gagné près de 5% avant la présentation de la montre. L'action tend à monter avant un lancement important pour ensuite reculer sur des prises de bénéfice. La montre ne devrait pas accroître fortement le chiffre d'affaires d'Apple. Les estimations varient. Les spécialistes d'IDC anticipent une demande totale de 42 millions de montres technologiques en 2015. C'est le nombre d'iPhone que vend Apple, voire plus, lors d'un bon trimestre. Mais la pression était forte sur le premier groupe technologique mondial pour qu'il surprenne à nouveau après plusieurs années sans nouveaux produits, mis à part les nouvelles versions de l'iPhone et de l'iPad. La perspective d'un nouveau gadget avait attiré plus de monde que d'habitude à la présentation au siège de Cupertino, avec, à côté des analystes, des célébrités et des représentants du milieu de la mode. Apple avait prévu de diffuser l'événement dans sa totalité en ligne, avec une traduction simultanée en chinois. Mais la diffusion a été interrompue au but d'une demi-heure. Les fans se sont précipités sur Twitter pour faire part de leur frustration. Quant aux deux nouveaux iPhone, ils seront équipés d'écrans de 4,7 pouces pour l'iPhone 6 et 5,5 pouces pour l'iPhone 6 Plus. Le groupe californien espère pouvoir s'imposer sur un segment jusqu'ici dominé par son concurrent sud-coréen Samsung. Les trois opérateurs chinois le commercialiseront. Chacun des nouveaux iPhone sera équipé d'un service de paiement "Apple Pay", sécurisé, et d'une antenne de paiement sans contact (near-field communication ou NFC). "Apple Pay" sera lancé aux Etats-Unis le mois prochain et permettra à ses utilisateurs de payer leurs achats avec leurs téléphones portables au lieu de présenter physiquement des cartes de crédit ou de débit. Parmi les partenaires de ce nouveau service de paiement électronique figurent Disney DIS.N , Whole Foods WFM.O et McDonald's MCD.N . Selon Barclays Capital, ce nouveau moyen de paiement donnera accès à Apple à "l'une des plus importantes séries de données concernant les transactions commerciales aux Etats-Unis". L'iPhone 6 sera vendu à partir de 199 dollars avec un abonnement de deux ans et l'iPhone 6 Plus à partir de 299 dollars avec abonnement. (Juliette Rouillon et Danielle Rouquié pour le service français)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant