Apple Inc : Emission obligataire - Maxi taille et Mini taux...

le
0

Apple n'en finit plus avec les records. Après être devenue la première capitalisation boursière mondiale, la firme à la pomme s'attaque au marché obligataire. Pour sa première émission obligataire de l'année, l'entreprise fait fort puisqu'elle procède tout simplement à la plus grosse émission obligataire de tous les temps pour une entreprise non financière. Ainsi, Apple a émis 17 Md$ d'obligations... tout simplement ! Cette émission obligataire géante sera divisée en 6 tranches : 2 à taux variables pour un montant de 3 Md$ et 4 à taux fixes pour les 14 Md$ restants. Les maturités vont de trois à trente ans. L'entreprise compte utiliser les fonds levés pour distribuer des dividendes aux actionnaires et ainsi tenter d'enrayer la chute de l'action...

Le record pour une émission obligataire par une entreprise non financière était jusqu'à présent détenu par le laboratoire Roche qui avait émis pour 16,5 Md$ d'obligations en février 2009. Plus récemment, au mois de novembre dernier, le groupe pharmaceutique AbbVie avait réussi une émission de 14,7 Md$.

Cet emprunt va participer au financement du projet d'Apple de redistribuer 100 Md$ à ses actionnaires d'ici 2015.

Emettre des obligations, la bonne stratégie ?

Assis sur une montagne de cash de 145 Md$, Apple n'avait pas vraiment besoin de lever des fonds en s'endettant. Mais ces disponibilités se trouvent à l'étranger où Apple réalise une grande partie de ses bénéfices, et les rapatrier aurait obligé le groupe à payer trop d'impôts selon le PDG. « Rapatrier le cash des filiales à l?international se traduirait par une augmentation importante des taxes à payer aux Etats-Unis », a ainsi expliqué Tim Cook.

Certains pensent que la stratégie est la bonne : les taux étant extrêmement faible aux Etats-Unis, Apple peut s'endetter à des taux très bas, et son argent placé à l'étranger lui rapporte sans doute davantage que ce que va lui coûter cet emprunt.

Pour d'autres en revanche, cette opération est une sorte d'évasion fiscale par défaut, et donne une mauvaise image de la firme. Les mêmes contestent d'ailleurs la stratégie qui consiste à s'endetter pour rétribuer les actionnaires et tenter d'enrayer la chute de l'action. Pour eux, l'action ne remontera que si Apple innove de nouveau... Pas avant l'automne voire l'année prochaine a prévenu le groupe.

La seule émission obligataire de l'année

Apple a informé les investisseurs qu'il s'agit de la seul émission de dette cette année. Apple n'émettra donc pas en Euro ou en Livre Sterling à court terme.

«?Le fait qu?Apple ne revienne sans doute plus sur le marché cette année rendra vraisemblablement cet emprunt plus attrayant?», a déclaré une source proche du dossier à l?agence de presse Reuters, avant le bouclage de l?émission. «?L?opération suscite un véritable élan et le livre d?ordres se remplit à toute vitesse?».

Et de fait, d'après le Financial Times, le carnet d'ordres a atteint 52 Md$, soit 3,5 fois ce qui était offert par l'émetteur.

Cette émission obligataire comprend donc :

  • deux obligations à taux variables d'échéances 2016 et 2018
  • quatre obligations à taux fixes d'échéances 2016, 2018, 2023 et 2043

Des taux d'intérêt très faibles

Concernant les taux qu'offriront ces obligations, les premiers chiffrent semblent encore plus intéressants pour Apple que les indications qui avaient été données dans les documents officiels. Le succès de l'émission a permis au groupe d'obtenir des taux plus bas. Les rendements offèrent par ces obligations sont donc :

Pour les obligations à taux variables

  • 5 points de base (0.05%) au-dessus du Libor 3 mois pour les 1 Md$ d'obligations à taux variable 2016 (soit un taux de 0.33% environ)
  • 25 points de base (0.25%) au dessus du Libor 3 mois pour les 2 Md$ d'obligations à taux variable 2018 (soit un taux de 0.53% environ)

Pour les obligations à taux fixe

  • les 1,5 Md$ d'obligations 0,40% 2016 offrent un spread de 20 points de base par rapport aux treasuries de même échéance
  • les 4 Md$ d'obligations 1% 2018 offrent un spread de 40 points de base par rapport au treasuries de même échéance (soit un taux de 1,07% environ)
  • les 5.5 Md$ d'obligations 2,40% 2023 offrent un spread de 75 points de base par rapport au treasuries à 10 ans (soit un taux effectif de 2,45% environ)
  • et les3 Md$ d'obligations à 30 ans offriront un spread de 100 points de base au dessus des treasuries de même échéance

Les taux obtenus sont donc effectivement très bas pour Apple qui est noté AA+ chez Standard & Poors, comme l'Etat américain....

Copyright Photo : Idea go / freedigitalphotos.net


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux