Apple devrait invoquer la liberté d'expression face au FBI

le
1
    NEW YORK/SAN FRANCISCO, 19 février (Reuters) - Apple 
 AAPL.O  devrait invoquer la liberté d'expression garantie par 
la Constitution américaine pour contester la décision de justice 
lui ordonnant d'aider le FBI à décrypter le téléphone de Syed 
Rizwan Farook, l'un des auteurs du massacre de San Bernardino le 
2 décembre dernier en Californie. 
    Le groupe, qui a obtenu jeudi trois jours supplémentaires 
pour répondre à l'injonction d'un tribunal de Los Angeles, a 
désormais jusqu'au 26 février pour adresser sa réponse, a-t-on 
appris d'une source au fait du dossier.  
    Le bras de fer entre Apple et l'administration Obama a 
ouvert un débat plus général sur le cryptage des appareils 
électroniques comme l'iPhone et les enjeux de sécurité 
nationale.  
    Le PDG d'Apple, Tim Cook, a parlé d'une "mesure sans 
précédent qui menace la sécurité de nos clients" et a reçu le 
soutien d'autres poids lourds du secteur des "high techs" comme 
Google  GOOGL.O , Facebook  FB.O  ou Twitter  TWTR.N . 
    Apple a fait appel à deux avocats réputés pour leur défense 
de la liberté d'expression, Theodore Olson et Theodore Boutrous, 
ce dernier ayant fréquemment défendu des médias.  
    Les avocats du département de la Justice ont sorti des 
cartons plusieurs précédents, dont un arrêt de la Cour suprême 
en 1977 confirmant une injonction adressée à une compagnie de 
téléphone pour qu'elle installe un appareil servant à 
enregistrer les numéros de téléphone.  
    Mais Apple va probablement tenter d'élargir son recours en 
incluant le premier amendement de la Constitution qui garantit 
la libre expression.  
 
 (David Ingram, Dan Levine; Jean-Stéphane Brosse pour le service 
français, édité par Tangi Salaün) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2687570 il y a 10 mois

    Si le chiffrage des données n'est plus inviolable, c'est la fin du business sur internet. Si une administration peut déchiffrer, d'autres le pourront aussi. Surtout qu'à part diminuer la longueur des clés, je ne vois pas trop ce qu'ils pourraient faire, stocker une copie cachée "en clair" ou une clé de "secours" n'a évidemment aucun sens.