Apple accusé de transférer des milliards de bénéfices pour échapper à l'impôt

le
0
Apple accusé de transférer des milliards de bénéfices pour échapper à l'impôt
Apple accusé de transférer des milliards de bénéfices pour échapper à l'impôt

Le géant américain Apple aurait transféré vers l'Irlande des milliards de dollars de bénéfices réalisés en Australie pour échapper à l'impôt dans ce pays, révèle jeudi le principal quotidien économique australien, alors que le G20 tente de mettre fin à ces pratiques.

La très respectée Australian Financial Review (AFR) a obtenu les bilans financiers sur dix ans d'Apple Sales International, une division d'Apple qui est, selon le quotidien, au coeur du système d'optimisation fiscale mis au point par le groupe technologique. Selon le journal, quelque 8,9 milliards de dollars australiens (5,85 milliards d'euros) de bénéfices avant impôts réalisés sur dix ans en Australie ont été transférés vers une structure en Irlande, où les taxes représentaient seulement 0,7% du chiffre d'affaires.

En 2013, Apple avait déclaré un bénéfice avant impôts de 88,5 millions AUD en Australie, après avoir transféré vers l'Irlande, via Singapour, quelque 2 milliards AUD de chiffre d'affaires, ajoute l'enquête de l'AFR. Apple n'a pas souhaité répondre aux questions. Par le passé, l'entreprise a toujours dit agir dans le respect de la loi.

L'Australie déterminée à récupérer les impôts

L'Australie est déterminée à récupérer les impôts que les groupes évitent de payer sur son sol, a réagi le secrétaire d'Etat aux Finances, Mathias Cormann. «Les entreprises opérant à travers le monde ne payent pas nécessairement le montant juste des impôts là où ils ont dégagé leurs bénéfices», a-t-il dit, sans nommer un groupe en particulier.

«Dans la plupart des cas, les groupes agissent en conformité avec la loi. Mais est-ce équitable?» a renchéri le ministre du Commerce, Andrew Robb, auprès de l'Australian Broadcasting Corporation. «Est-ce ainsi qu'ils devraient agir en tant que groupes qui bénéficient grandement de l'économie australienne?» s'est-il interrogé. «Non, et nous devons réfléchir à tout cela avec ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant