Apple à la peine face au nationalisme indonésien

le
0
Apple à la peine face au nationalisme indonésien
Apple à la peine face au nationalisme indonésien

Le géant américain Apple a du mal à se faire une place en Indonésie, marché émergent en pleine croissance que les autorités veulent protéger par une règlementation nationaliste, face à des rivaux mieux implantés.Les iPhones 6S et 7 n'ont pu débarquer dans les rayons de la première économie du Sud-Est asiatique car Apple peine à respecter la règle qui veut que les fabricants de smartphones injectent 20% de "contenu local" dans leurs appareils 4G vendus en Indonésie.Le grand rival d'Apple, le sud-coréen Samsung, a réussi à répondre à cette exigence. Sa part de marché dans ce pays qui compte 225 millions d'habitants, dont une armée de jeunes consommateurs, est plus de 25 fois supérieure à celle de l'américain.La nouvelle règlementation entrée en vigueur cette année vise à soutenir la croissance du secteur technologique local, à la traîne des autres pays asiatiques, expliquent les autorités indonésiennes. Elles veulent porter le seuil de composants "locaux" à 30% début 2017.Pour ses critiques, cette politique nationaliste n'est guère judicieuse et est susceptible d'entraver la croissance plutôt que de la soutenir. L'Indonésie est à la 109ème place du classement de la Banque mondiale quant à la facilité d'y faire des affaires.Les nouvelles règles "forcent les entreprises à repenser toute la chaîne logistique, ce qui est très coûteux", dit à l'AFP Sudev Bangah, analyste chez le cabinet spécialisé International Data Corporation (IDC).Le géant de la Silicon Valley a également fait face à des difficultés dans d'autres marchés émergents, comme en Inde. Apple avait demandé en janvier à ouvrir des magasins à son enseigne, ce qui avait été rejeté, selon la presse indienne, en vertu d'une réglementation prévoyant que les distributeurs étrangers s'approvisionnent à 30% sur le marché local. Or les iPhone d'Apple sont fabriqués en Chine.--Plus facile pour Samsung--New Delhi a ensuite ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant