Appendicite : faut-il toujours opérer ?

le
0
On compte 88.000 opérations chaque année en France,mais deux fois moins à Paris qu'ailleurs.

Opérer une «crise d'appendicite» dans un sous-marin par 300 m de fond ou faire surface pour organiser un transfert avec à la clé une rupture de la dissuasion nucléaire? Un choix cornélien imposé à 43 reprises aux médecins de bord des sous-marins nucléaires français depuis 1973. Quarante fois, l'opération eut lieu en immersion profonde. À trois reprises, il fallut faire surface. Une fois pour le médecin lui-même! Car l'appendicite est une pathologie extrêmement fréquente: la probabilité de faire une crise aiguë au cours de la vie est d'environ 8 % pour un homme et 7 % pour une femme, avec un risque maximum entre 10 et 18 ans qui diminue ensuite.

Antibiothérapie

Pourtant, des études récentes montrent que l'on pourrait parfois se contenter, chez l'adulte, de donner des antibiotiques au malade plutôt que de l'opérer. «L'idée que l'appendicite qu'on laisse évoluer sous antibiotiques va se compliquer est fausse. Soit elle est compliquée d'emblée, soit elle ne

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant