Appelle-moi Youss'

le
0
Appelle-moi Youss'
Appelle-moi Youss'

Il y a dix ans, Youssouf Mulumbu était l'espoir central de la formation made in PSG. On disait que Paris tenait à lui, que l'avenir de son milieu allait lui appartenir et, finalement, il a préféré filer en Angleterre après le manque de confiance de Paul Le Guen. Pas grave, il s'est taillé un nom ailleurs.

Le 8 novembre 2006, 20 Minutes écrivait :

Paris tient à Mulumbu. Il aura suffi de deux titularisations en championnat et une en Coupe de la Ligue pour propulser Yussuf Mulumbu sur le devant de la scène. Contrairement à ses copains de promotion Chantôme, Mabiala et N'Gog, tous champions de France des moins de dix-huit ans la saison passée, le jeune homme d'origine congolaise, convoité par Valence et l'Ajax Amsterdam, n'a pas encore signé de contrat professionnel. "On devrait régler ça dans le courant du mois", affirmait Alain Roche, responsable du secteur sportif, avant le match face à Lens, dimanche. Une version confirmée hier par Mulumbu. "Le PSG, c'est mon club depuis que j'ai douze ans, je veux y signer." Près d'une décennie après Anelka, les dirigeants de la capitale devraient ainsi éviter l'exil d'un pur produit du centre de formation parisien.



Pour lui, c'est comme ça que tout a commencé. "J'avais fait croire à mes parents que j'étais blessé et que j'étais dans les tribunes. Quand mon père a allumé la télé et qu'il m'a vu sur le terrain, il était en larmes. Ma mère, elle, rentrait à la maison. Sur le chemin, tout le monde lui a dit : "Dépêche-toi de rentrer, ton fils joue avec le PSG !" Tout le monde était en pleurs." Le 22 octobre 2006, la famille est devant son poste, dans un appartement à Épinay-sous-Sénart. Le fils, lui, cavale sur la pelouse de l'Abbé-Deschamps. Le PSG boxe alors avec l'AJ Auxerre pour ce qui ressemble de loin à une anecdotique rencontre de Ligue 1. Un gamin quadrille le terrain, coupe les lignes sous son numéro 33 et est couvé par l'expérience d'Édouard Cissé. Il s'appelle Youssouf Mulumbu et n'est alors personne.


Sauf au PSG, où son nom est issu de la génération championne de France des moins de dix-huit

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant