Appel public pour organiser l'avenir du quartier de La Défense

le
0

L’organisme chargé de l’aménagement du quartier des affaires parisien veut évaluer les attentes du public (habitants, salariés, investisseurs...) pour organiser sa stratégie des dix prochaines années.

L’Établissement public d’aménagement de La Défense Seine Arche (Epadesa) lance mercredi une «consultation publique portant sur sa stratégie à dix ans» auprès des usagers du quartier d’affaires de l’ouest parisien, annonce l’aménageur dans un communiqué. «Après avoir présenté son projet stratégique et opérationnel, l’Epadesa souhaite ainsi évaluer les attentes de ces différents publics (habitants, salariés, investisseurs et visiteurs, ndlr) et s’assurer de la pertinence des choix effectués pour améliorer leur cadre de vie», peut-on lire dans ce texte.

En juin, l’Epadesa avait présenté un projet pour 2025 autour de quatre axes: la modernisation du quartier d’affaires confronté au vieillissement de ses tours et infrastructures, le développement d’une «offre de logements», l’amélioration de la «qualité de vie urbaine» en décloisonnant les axes routiers et en ouvrant le bas des tours au public, et le renforcement de l’attractivité pour «contribuer au rayonnement de la métropole francilienne». C’est la première fois que l’établissement public se dote d’un tel plan stratégique.

Consultation du 25 août au 30 septembre

Le projet porte sur le plateau d’affaires historique et le territoire limitrophe, soit quelque 564 hectares qui se déploient de part et d’autre de la Grande Arche, sur les communes de Nanterre, Puteaux, Courbevoie et La Garenne-Colombes, dans les Hauts-de-Seine. La consultation se déroule du 25 août au 30 septembre 2015, via un site internet, monavispourladefenseseinearche.com, et une application gratuite pour smartphone, monavispourLDSA, téléchargeable sur Google Play et App Store. «Ses résultats devraient être dévoilés dès l’automne», selon le communiqué.

Créé par l’État dans les années 50, le quartier d’affaires de La Défense, le plus important d’Europe en volumes de bureaux (hors centres-villes), a connu en 2014 «la meilleure année de son histoire» sur le marché des bureaux, selon Hugues Parant, directeur général de l’Epadesa. Mais il reste marqué par un taux de vacance de bureaux élevé (11% contre 7,6% en Ile-de-France) et des incertitudes sur le financement de sa modernisation.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant