Appel aux dons pour sauver « Nice-Matin »

le
3
Appel aux dons pour sauver « Nice-Matin »
Appel aux dons pour sauver « Nice-Matin »

Ils ont plutôt l'habitude de conter la vie des autres. Cette fois, c'est sur leur propre précarité, leurs doutes et leurs espoirs que les salariés du Groupe Nice-Matin écrivent. Ce matin, ils mettent en ligne un appel aux citoyens qui croient encore à la force de leurs mots. Pour sauver leur journal, ils lancent une invitation aux dons inédite en France pour une entreprise de presse traditionnelle. C'est sur Ulule.com, le premier site de financement participatif européen, que les 1 137 salariés espèrent récolter au moins 300 000 ¤.

« Cette somme viendra appuyer l'offre de reprise que nous avons déposée », précise le reporter et délégué syndical Jean-François Roubaud. Fin septembre, le tribunal de commerce de Nice statuera en effet sur la viabilité de leur projet de Scop, une société coopérative et participative composée d'ouvriers du Livre, de secrétaires et de rédacteurs. Pour éviter la faillite, l'entreprise placée en redressement judiciaire a besoin de plus de 3 M¤. Plusieurs repreneurs potentiels se sont positionnés, « avec la ferme intention de dégraisser », s'inquiète-t-on dans les rédactions .

L'initiative de Roselyne

« On hésitait à solliciter les lecteurs puis, mardi dernier, on a reçu un mail qui a tout changé. Roselyne, une dame de 91 ans du Thoronet (Var), nous a écrit qu'elle avait appris que le quotidien qui l'a accompagnée une grande partie de sa vie était en danger. Ça l'a mise en colère, même si elle nous a parfois détestés. Avec ses petits moyens, elle assure être prête à donner 3 800 ¤ de sa poche », raconte le journaliste. Le jour suivant, sans qu'aucune demande publique ne soit faite, c'est un chef d'entreprise de Cagnes-sur-Mer qui a spontanément proposé son aide. « Alors on s'est dit pourquoi pas ? » raconte Damien Allemand, rédacteur Web. Depuis, des amis d'amis se sont engagés à donner.

« On avait fait des reportages sur des projets culturels qui se ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le mardi 5 aout 2014 à 09:33

    La presse locale n'a plus sa place. A chaque décès ils perdent un lecteur. Reprise in extenso des news de l'AFP sans changer une virgule, quant aux infos purement locales, l'intérêt est des moindres. C'est fini ce secteur. Sans subventions il y a dix ans qu'ils auraient tous fermé boutique.

  • clausfer le mardi 5 aout 2014 à 08:52

    Quoi! Estrosi n'a plus de sous?

  • e_remond le mardi 5 aout 2014 à 07:50

    On va faire des dons pour la SNCM également... mais à Nice matin ils travaillent EUX !