Appel «à la concorde» : Hollande se défend de «combinaisons» politiques

le
5
Appel «à la concorde» : Hollande se défend de «combinaisons» politiques
Appel «à la concorde» : Hollande se défend de «combinaisons» politiques

François Hollande l'assure : son appel «à la concorde» était sans arrière-pensée. «Il ne s'agit pas de chercher je ne sais quelles combinaisons qui ne relèvent pas de ma conception de la vie politique mais plutôt la concorde pour l'intérêt du pays», a plaidé le chef de l'Etat dans la nuit de jeudi à vendredi à Bruxelles.

Pourtant, le locataire de l'Elysée compte bien surfer sur une droite qui prend l'eau où Nicolas Sarkozy peine à rassembler. Avec ses appels du pied, François Hollande divise et affaiblit un peu plus encore son adversaire politique à seize mois de la présidentielle.

QUESTION DU JOUR. Croyez-vous que la gauche et la droite peuvent travailler ensemble contre le chômage ?

«Les clivages existent, chacun les connaît, ils fondent une vie démocratique», a souligné le locataire de l'Elysée devant la presse lors d'un sommet européen.  Mais, a-t-il insisté, «ce qui compte, et c'est l'esprit qui est le mien, c'est de faire en sorte qu'autant que possible le dialogue puisse s'ouvrir et notamment avec l'opposition lorsqu'elle a des propositions à faire». «Ça a été le cas notamment en matière de lutte contre le terrorisme ou avec les élus des territoires (...) par rapport à la lutte contre le chômage et la formation (professionnelle), à l'apprentissage, aux infrastructures qui doivent être financées en commun» avec l'Etat, a-t-il énuméré.

«C'est cet esprit-là qu'il faut faire prévaloir parce qu'il n'efface rien des clivages que l'on connaît de la vie politique et qui sont les principes mêmes de notre démocratie, mais il permet d'avoir une concorde, une volonté commune face à l'essentiel», a insisté le président Hollande. Selon lui, «il doit y avoir toujours la volonté d'entendre, d'écouter, de dialoguer, même si la décision, on le sait, est celle du pouvoir politique qui en assure et en assume la responsabilité».

Les initiatives de rapprochement se multiplient

Le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M6445098 il y a 12 mois

    Belle opération de fusion absorption du PS sur LR, avec la complicité de Raffarin & Cie...

  • s.thual il y a 12 mois

    Tous veulent nous redémontrer leur incapacité à gérer, à d autres plus lucides et compétents de le faire.il en existe ' des qui savent ce qu est le travail...créer produire vendre et assurer la paix sociale avec la sécurité pour les citoyens

  • M931269 il y a 12 mois

    Comment le croire ....alors que depuis 3 bientôt il ne raconte que mensonges ou faux objectifs auxquels lui m^me il essaie de se convaincre ! Pris en tenaille par son propre camp il navigue a vue , espérant toujours "sa bonne étoile "! Pendant ce temps là nos voisins sont sortis de la crise. N'espérez surtout pas de réformes courageuses a 18 mois d'une echéance capitale ....pour lui . On fait du bricolage , du racomodage mais structurellement RIEN ou si peu .

  • M940878 il y a 12 mois

    même jeu que son mentor Mitterrand , le règne des faux-derches

  • M1178616 il y a 12 mois

    qu'il prenne avec lui les "rossignols" de la droite ( raffarin, bayrou, bertrand etc.....) et il enfoncera le pays encore plus dans le chomage et la précarité.