Apaisement entre les Villemin et le Festival de Montreux

le
0

STRASBOURG (Reuters) - Les parents du petit Grégory ont accepté les excuses du Festival de jazz de Montreux, qu'ils renoncent à poursuivre en justice pour l'utilisation d'une photo de leur fils assassiné sur une publicité parue dans le journal de la manifestation.

Me Thierry Moser, leur avocat, a déclaré mardi à Reuters avoir reçu un courriel de Jean-Marie Villemin, le père de l'enfant retrouvé noyé pieds et poings liés en octobre 1984 dans la Vologne, une rivière des Vosges.

"Il admet l'élément 'bonne foi' des organisateurs et, dans un souci d'apaisement, il souhaite en rester là, espérant bien entendu que pareille chose ne se reproduise pas", a-t-il dit.

Un internaute avait révélé le 16 juillet qu'une photo légèrement floutée de Grégory avait été utilisée pour illustrer une publicité pour la garderie d'enfants du festival, qui figurait dans son journal appelé Montreux Jazz Chronicle.

Selon Me Moser, le président du festival, François Carrard et son président, Mathieu Jaton, ont adressé, dès le lendemain, un courriel aux époux Villemin pour leur présenter leurs "excuses inconditionnelles", s'agissant de ce qu'ils qualifient "d'inadmissible erreur".

Selon les organisateurs, la réalisation de la publicité avait été confiée à une jeune graphiste qui aurait repris une photo de l'enfant, trouvée sur internet, sans le reconnaître.

La photo a été retiré dès la révélation de l'erreur.

Christine et Jean-Marie Villemin avaient envisagé, dans un premier temps, de porter plainte contre le festival pour faire sanctionner "un comportement inacceptable".

L'assassinat du petit Grégory, qui n'a jamais été résolu, a été l'une des plus retentissantes affaires judiciaires des 30 dernières années.

Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant