Antonio Duran et la baby-sitter

le
0

Il est avec Bob Houghton et Roy Hodgson, l'un des trois coachs les plus influents de l'histoire du Malmo FF. Antonio Duran est également à ce jour le premier et le dernier Espagnol à avoir dirigé un club suédois. Retour sur une épopée pleine d'amour.Né à Arbucies, en Catalogne, Antonio Duran émigre aux Canaries, avec sa famille, alors qu'il n'a que 10 ans. C'est sur l'île qu'il tape la balle pour la première fois. Plutôt très bien d'ailleurs. Il a ainsi 18 ans lorsqu'il se fait repérer par un dirigeant du club de Cordoue, alors en vacances du coté de Tenerife. Quelques mois plus tard, Duran retrouve la péninsule et devient titulaire dans le milieu de terrain du club andalou. Ses buts, son abattage physique et son intelligence tactique finissent d'ailleurs par séduire l'Atletico Madrid. Les Colchoneros sont alors entrainés par Helenio Herrera qui deviendra le mentor footballistique de Duran. Aux cotés du futur coach intériste, le Catalan découvre les plaisirs des sessions d'entrainement intenses, le 4-2-4, mais aussi et surtout la concurrence de Larbi Ben Barek et d'Henry Carlsson. Les changements n'existant pas encore à l'époque, Duran joue peu. Trop peu. Pas de quoi le faire déprimer cependant puisque malgré leur rivalité, l'Espagnol et le joueur suédois deviennent très vite complices. De cette amitié naitra d'ailleurs le surnom de Duran : "El traductor".
3615 Ulla
Au-delà de leur relation linguistique, les deux hommes partagent surtout le même amour de la musique classique mais aussi le même dégoût du régime franquiste. Voyant que Duran n'a pas de famille à Madrid, Carlsson - qui a débarqué à Madrid avec sa femme, ses trois enfants et Ulla, une nounou de 21 ans - l'invite régulièrement à venir diner chez lui. Au fil du temps, les visites de l'Espagnol se font de plus en plus nombreuses. De plus en plus longues aussi. Et pour cause : Duran est tombé amoureux de la Mary-Poppins suédoise. " Avant de partir en Espagne, des amies à moi m'avait dit "Tu vas nous ramener un Espagnol, c'est sûr". C'est ce qu'il s'est passé. Je suis tombée éperdument amoureuse d'Antonio au point de faire ma vie avec lui, " raconte aujourd'hui Ulla Duran du haut de ses 85 ans. En 1952, les tourtereaux mettent à l'épreuve leurs relations lorsque le joueur signe au Real Oviedo pour deux saisons. Le club asturien est alors en deuxième division et remonte l'année suivante en Liga grâce aux bonnes performances de son capitaine Duran. Titulaire indiscutable et véritable leader d'Oviedo, il choisit pourtant de raccrocher les crampons à 30 ans pour se marier quelques mois plus tard à Stockholm. Plutôt que de rentrer en Espagne, le couple...

Né à Arbucies, en Catalogne, Antonio Duran émigre aux Canaries, avec sa famille, alors qu'il n'a que 10 ans. C'est sur l'île qu'il tape la balle pour la première fois. Plutôt très bien d'ailleurs. Il a ainsi 18 ans lorsqu'il se fait repérer par un dirigeant du club de Cordoue, alors en vacances du coté de Tenerife. Quelques mois plus tard, Duran retrouve la péninsule et devient titulaire dans le milieu de terrain du club andalou. Ses buts, son abattage physique et son intelligence tactique finissent d'ailleurs par séduire l'Atletico Madrid. Les Colchoneros sont alors entrainés par Helenio Herrera qui deviendra le mentor footballistique de Duran. Aux cotés du futur coach intériste, le Catalan découvre les plaisirs des sessions d'entrainement intenses, le 4-2-4, mais aussi et surtout la concurrence de Larbi Ben Barek et d'Henry Carlsson. Les changements n'existant pas encore à l'époque, Duran joue peu. Trop peu. Pas de quoi le faire déprimer cependant puisque malgré leur rivalité, l'Espagnol et le joueur suédois deviennent très vite complices. De cette amitié naitra d'ailleurs le surnom de Duran : "El traductor".
3615 Ulla
Au-delà de leur relation linguistique, les deux hommes partagent surtout le même amour de la musique classique mais aussi le même dégoût du régime franquiste. Voyant que Duran n'a pas de famille à Madrid, Carlsson - qui a débarqué à Madrid avec sa femme, ses trois enfants et Ulla, une nounou de 21 ans - l'invite régulièrement à venir diner chez lui. Au fil du temps, les visites de l'Espagnol se font de plus en plus nombreuses. De plus en plus longues aussi. Et pour cause : Duran est tombé amoureux de la Mary-Poppins suédoise. " Avant de partir en Espagne, des amies à moi m'avait dit "Tu vas nous ramener un Espagnol, c'est sûr". C'est ce qu'il s'est passé. Je suis tombée éperdument amoureuse d'Antonio au point de faire ma vie avec lui, " raconte aujourd'hui Ulla Duran du haut de ses 85 ans. En 1952, les tourtereaux mettent à l'épreuve leurs relations lorsque le joueur signe au Real Oviedo pour deux saisons. Le club asturien est alors en deuxième division et remonte l'année suivante en Liga grâce aux bonnes performances de son capitaine Duran. Titulaire indiscutable et véritable leader d'Oviedo, il choisit pourtant de raccrocher les crampons à 30 ans pour se marier quelques mois plus tard à Stockholm. Plutôt que de rentrer en Espagne, le couple...

...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant