Antoine Kombouaré peut-il tourner la page ?

le
0

Antoine Kombouaré a vécu la saison la plus frustrante de sa carrière avec le Racing Club de Lens, ce qui est peu dire quand on parle d'un entraîneur viré du PSG alors qu'il était leader de Ligue 1. Lui qui n'a pu empêcher la relégation des Sang et Or veut rebondir ailleurs, mais en aura-t-il vraiment la possibilité ?

"Je suis vacciné." Après la victoire honorifique contre Nantes lors de la dernière journée de Ligue 1, Antoine Kombouaré s'était présenté devant la presse en homme résigné, mais pas pour autant abattu. Après une saison en enfer, qui a vu le RC Lens privé de mercato, menacé de dépôt de bilan, et aujourd'hui de relégation administrative en plus de celle sportive, le Kanak se veut renforcé par l'épreuve, même s'il l'avait admis au Parisien, "c'est la pire saison qu('il) ai(t) eu à vivre". Sans moyens, sans même d'espoir face au jeu du chat et de la souris entre Gervais Martel et son actionnaire fantôme Hafiz Mammadov, l'ancien défenseur et entraîneur du PSG n'a jamais été au bout de ses surprises, car il savait "que ce serait compliqué, mais pas à ce point".

Même s'il a le cuir épais, l'entraîneur de Lens a atteint une sorte de point de non-retour, comme expliqué récemment en conférence de presse : "Au moment où je vous parle, ce qui m'anime, c'est l'envie de partir." Un sentiment qui, selon Kombouaré, est partagé par l'ensemble de son groupe, à la recherche d'un "club qui n'a pas de problèmes". Aujourd'hui, le technicien veut couper, "partir en vacances". Et après ? Pour le moment, il reste lié pour un an au RC Lens...

La descente, une tache sur le CV


Pour quitter l'Artois, faudra-t-il encore que Kombouaré trouve preneur ou, à défaut, un accord à l'amiable avec le Racing pour résilier. Ce qui ne devrait pas être si compliqué si le Kanak insiste pour mettre fin à son séjour dans le Nord. Sa véritable problématique aujourd'hui consiste à mesurer les dégâts sur sa réputation de son implication dans le projet lensois. Forcément, sa "grève " de l'entraînement en début de saison pour protester contre les incertitudes autour d'une relégation en Ligue 2 pourrait refroidir quelques dirigeants, même si pour l'entraîneur, "la tache indélébile" sur son CV est surtout la descente du club et sa dernière place en championnat avec 29 points.

Mais comme il l'a lui-même souvent répété, il n'avait pas les armes pour espérer mieux et n'a donc pas forcément perdu en termes de crédibilité technique. D'autant plus que jusqu'à la mi-saison, malgré un recrutement interdit et des matchs à domicile disputés à Amiens, son Racing avait su maintenir l'espoir…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant