Antoine Beaugendre (SG) : « Les très grosses capitalisations présentent des valorisations très attractives »

le
0
L’importante remontée des taux longs américains et européens et les secousses sur la bourse chinoise ne semblent pas affecter les prévisions de croissance des marchés confortés par de bons indicateurs économiques.

Extrait du dialogue en direct avec Antoine Beaugendre , stratégiste à la Société générale.

Indicateurs économiques positifs. « Nous ne croyons donc pas à une forte correction des marchés actions. Le Cac 40 devrait terminer l'année plus haut qu'aujourd'hui » affirme Antoine Beaugendre. Le stratégiste étend cet optimisme aux marchés américains et européens dont les indicateurs économiques avancés de la croissance restent positifs et où « les tensions récentes sur les taux obligataires semblent plus liées à une accélération de la croissance économique mondiale qu'à des craintes de dérapage inflationniste » ajoute t-il. Ainsi, « le marché ne se retournera que si les banques centrales (FED et BCE) apprécient mal la capacité des économies à absorber des niveaux de taux plus élevés. Ce n'est pas notre hypothèse actuellement mais on ne peut pas l’exclure» rappelle t-il.

Ombres chinoises. Principale zone d’inquiétude, la bourse chinoises ne comportent qu’un risque local. « Une nouvelle correction est tout à fait possible. Le marché chinois est très cher. Il a progressé de plus de 100% depuis le début de l'année et les autorités locales durcissent leurs politiques à l'écart des marchés. Il n'y a cependant pas de raisons pour qu'une correction asiatique entraîne les marchés européens à la baisse, étant donné les écarts de valorisations entre ces deux zones » assure le spécialiste.

Pharmacie et consommation. Dans la perspective d’un CAC soutenu, le stratégiste privilégie « les très grosses capitalisations qui présentent des valorisations très attractives et qui devraient connaître un mouvement de consolidation. Leur décote attire les fonds d'investissement qui apprécient également leur très faible endettement. » Parmi les secteurs, Antoine Beaugendre préfère « la pharmacie et les secteurs liés aux consommateurs européens qui ont encore du potentiel, étant donné les perspectives d'emploi et de salaire bien orientées dans la plupart des pays européens. Certaines valeurs pharmaceutiques génèrent beaucoup de cash-flow et ont été oubliées par le marché. Concernant Sanofi, la baisse d'aujourd'hui reflète bien le revers sur le Rimonabant. La valeur intrinsèque de la société est sans doute très supérieure au cours actuel. »

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant