Antiterrorisme : le juge israélien qui inspire les politiques français

le
0
« En l?état actuel, le droit français place souvent les services de renseignements face à un dilemme : agir et risquer la situation extra-légale ou attendre l?apparition de preuves juridiques et risquer un passage à l?acte... » explique Nathan T., juge israélien. Photo d'illustration.
« En l?état actuel, le droit français place souvent les services de renseignements face à un dilemme : agir et risquer la situation extra-légale ou attendre l?apparition de preuves juridiques et risquer un passage à l?acte... » explique Nathan T., juge israélien. Photo d'illustration.

Nathan T.* est un juge militaire. Béret soigneusement plié sous le galon de son épaule gauche, ce colonel israélien né en France préside la Cour d'appel de Judée-Samarie. Il maîtrise parfaitement les rouages de la détention préventive, l'un des piliers de la lutte antiterroriste israélienne. Depuis quelques mois, le juge reçoit la visite de nombreux responsables politiques de la droite française : Georges Fenech, Roger Karoutchi ou encore Pierre Lellouche ? trois soutiens de Nicolas Sarkozy ? sont venus cet été étudier en détail ce mécanisme administratif et judiciaire. Même les centristes s'y mettent ! La semaine dernière, le juge a reçu la visite d'Hervé Morin (Nouveau Centre), soutien de Bruno Le Maire. L'ancien ministre de la Défense, devenu président de la région Normandie, qui plaide depuis juillet pour une « israélisation de la sécurité », est lui aussi convaincu qu'une détention préventive à la française est possible, sans devoir renoncer à l'État de droit : « Ce système peut largement être transposé dans le droit français dès lors qu'il fait l'objet d'un contrôle par le juge dans son application », défend Hervé Morin, qui a été confronté au terrorisme dans sa région avec l'assassinat du père Hamel.

Imminence d'un danger

« Loups solitaires, attaques de lieux de culte, de policiers, de terrasses, de salles de concert..., la France connaît le même spectre d'attaques...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant