Antiterrorisme : la DGSI s'autoévalue avant de s'expliquer

le
1
Le siège de la Sous-Direction de la lutte antiterroriste, la Sdat, en novembre, à Levallois-Perret. Image d'illustration.
Le siège de la Sous-Direction de la lutte antiterroriste, la Sdat, en novembre, à Levallois-Perret. Image d'illustration.

À la suite d'une altercation entre deux commissaires relative à leurs prérogatives ? le renseignement intérieur compte en son sein 10 % de l'effectif total des commissaires de l'Hexagone ?, la direction de la DGSI a décidé de confier une mission d'inspection à son service d'enquête, l'IRI (Inspection du renseignement intérieur) qui compte près de quatre-vingts fonctionnaires. Interrogée par Le Point.fr, la direction de la DGSI confirme qu'un audit se déroule actuellement dans ses locaux à Levallois-Perret. "Il y a des audits en permanence dont la fonction est uniquement d'accroître l'efficacité du service. On le fait comme dans toute entreprise", précise-t-on à la DGSI. Une analyse interne qui porte par exemple sur le recrutement de près de 500 contractuels, dont de nombreux profils issus des grandes écoles, et qui souhaiteraient d'ores et déjà porter une arme ou traiter des sources.

Anticiper les critiques parlementaires ?

Mais la concomitance des dates entre l'audit interne et les débuts des travaux de la commission d'enquête parlementaire sur la politique antiterroriste menée depuis le 7 janvier 2015 pousse à s'interroger. S'agit-il de présenter une série de réformes pour anticiper les critiques des parlementaires, qui rendront leur rapport mi-juillet ? Ou bien de faciliter l'audition de Patrick Calvar, le patron de la DGSI, qui devra justifier de l'inefficacité de son service face aux 147 morts du terrorisme...

Lire la suite sur Le Point.frLire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 il y a 10 mois

    S'autoévaluer en général on à tout bon sauf à la marge.