Antisémitisme : la communauté juive minée par le doute

le
0
Antisémitisme : la communauté juive minée par le doute
Antisémitisme : la communauté juive minée par le doute

En recommandant mardi aux juifs de renoncer temporairement au port de la kippa en public « jusqu'à des jours meilleurs », le président du consistoire de Marseille (Bouches-du-Rhône) n'a pas seulement lancé un appel au secours... Cela a été une manière de dire « ça suffit ». Deux jours après la terrifiante agression à la machette d'un enseignant qui portait la kippa dans la cité phocéenne, par un adolescent d'origine kurde qui s'est revendiqué de Daech, il fallait peut-être le conseil triste et résigné d'un homme impuissant à protéger les siens pour verbaliser enfin la réalité. Il y a eu Ilan Halimi, les tueries de Mohamed Merah à Toulouse, la prise d'otages mortelle de l'Hyper Cacher à Paris... Oui, les juifs sont ciblés, oui, beaucoup sont gagnés par la peur et par le manque d'espoir envers « des jours meilleurs ».

Le jeune agresseur de l'enseignant marseillais, mis en examen pour tentative d'assassinat terroriste puis écroué hier, n'a-t-il pas osé assumer ce glaçant « J'ai honte de ne pas l'avoir tué ? ». Alors, oui, la plupart se reconnaissent dans ce « ça suffit ». Fût-ce pour réagir hier dans une belle unanimité sur le devoir de résistance et de réaction collective du pays. Les représentants religieux juifs nationaux les premiers ont toutefois vivement désavoué le conseil du Marseillais Zvi Ammar en lançant au contraire un vibrant « Touche pas à ma kippa ! »

« Si on devait renoncer à porter tout signe distinctif de notre identité, on poserait clairement la question de notre avenir en France », a écarté Joël Mergui, président du Consistoire central israélite de France. « Il est insupportable que des citoyens se voient inquiétés, agressés, frappés en raison de leurs choix religieux », a renchéri François Hollande, « et qu'ils puissent en tirer la conclusion qu'il faudrait se cacher ».

L'opposition, par la voix de Brice Hortefeux, le conseiller politique de Nicolas ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant