Antilles-Guyane vote à gauche, contrairement à la métropole

le
1
    par Cécile Everard 
    FORT-DE-FRANCE, Martinitique, 7 décembre (Reuters) - Très 
éloignées géographiquement de l'Hexagone, les Antilles-Guyane se 
sont aussi démarquées dimanche par leur vote majoritairement à 
gauche aux élections régionales, alors que le Front national est 
en tête dans six régions de métropole.  
    La Martinique et la Guyane, qui pour la première fois 
votaient pour leur Collectivité territoriale, ont laissé en tête 
les présidents de région sortants, respectivement Serge Letchimy 
(divers gauche) et Rodolphe Alexandre (divers).  
    Les Guadeloupéens ont créé une petite surprise en plaçant 
Ary Chalus (divers gauche) devant l'ancien ministre des 
Outre-mer et président sortant le socialiste Victorin Lurel. 
    En Guyane, Rodolphe Alexandre a totalisé 42,35% des voix à 
la tête d'une liste qui est un patchwork d'élus de la majorité 
régionale, de dissidents de partis de gauche, et de 
personnalités de droite, comme de gauche.  
    Rodolphe Alexandre, lui-même membre du Parti socialiste 
guyanais jusqu'en 2008, avait été investi par l'UMP aux 
dernières élections régionales.  
    En 2010, il l'avait ainsi emporté avec 56,11 % des voix au 
second tour, face à l'actuelle ministre de la Justice, 
Christiane Taubira. Il s'agit maintenant pour lui de 
"transformer l'essai", selon ses premières déclarations, même 
s'il se voyait bien élu dès le premier tour, face à la liste 
menée par Alain Tien-Liong, président du conseil départemental 
depuis 2008, qui totalise 30,24% des votes.  
     
    1,4% DES VOIX EN GUADELOUPE POUR LE FN 
    En Guadeloupe, l'ancien ministre des Outre-mer, Victorin 
Lurel, s'est laissé dépasser par son principal rival, Ary 
Chalus, avec 41,09% des voix contre 43,55%. Ils se retrouveront 
au deuxième tour dimanche prochain.  
    Victorin Lurel, président du Conseil régional de Guadeloupe 
depuis 2004, a fait une parenthèse de mai 2012 à mars 2014, 
lorsqu'il était ministre du gouvernement Ayrault.  
    Ary Chalus, lui, est maire de Baie-Mahault et député (groupe 
radical, républicain, démocrate et progressiste).  
    Le candidat des Républicains, Laurent Bernier, est arrivé 
loin derrière avec 4,49% des voix. La Guadeloupe abritait le 
seul candidat Front national des Antilles-Guyane, Stéphane 
Viennet, qui a totalisé 1,40% des voix.  
    En Martinique, une triangulaire aura lieu dimanche prochain 
entre la liste du président de région sortant, et député 
apparenté socialiste, Serge Letchimy, qui regroupe une dizaine 
d'organisations politiques, dont le Parti progressiste 
martiniquais (PPM). Elle est arrivée en tête, avec 38,96% des 
suffrages exprimés.  
    En face de lui, la liste "Gran samblé", conduite par Alfred 
Marie-Jeanne (député gauche démocrate et républicaine, Mouvement 
indépendantiste martiniquais) et Claude Lise (ex-PPM) a totalisé 
38,28% des voix. Enfin, une liste de droite tire son épingle du 
jeu, celle du chef d'entreprise Yan Monplaisir (Les 
Républicains, MoDem), qui a atteint 14,32% des voix.  
    Les Collectivités territoriales de Martinique et Guyane sont 
issues d'un "oui" au référendum de janvier 2010 et le fruit de 
la fusion des conseils régional et départemental. 
    La Guadeloupe n'a, pour l'instant, pas eu à se prononcer sur 
une éventuelle évolution institutionnelle.  
 
 (Edité par Yves ClarisseYves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jope57 le lundi 7 déc 2015 à 12:39

    Antilles Guyane le gouffre des finances sociales sous les cocotiers.Pourvu que ça dure.