Antidumping : Bruxelles va taxer provisoirement l'acier chinois

le
0
Dans une usine chinoise d'acier inoxydable.
Dans une usine chinoise d'acier inoxydable.

Ainsi, l'Europe serait une passoire pour les marchandises fabriquées à vil coût dans des pays sans foi ni loi commerciale, comme la Chine ou la Russie, mettant à genoux nos propres industries ? La Commission européenne vient de contrecarrer cette idée un rien exagérée. Mercredi, elle a décidé d'imposer des surtaxes sur l'importation de certains aciers chinois (de 10, 9 à 25, 2 %). Une décision, encore provisoire, qui fait suite à une plainte antidumping des sidérurgistes européens, qui suspectent leurs concurrents chinois de vendre ces aciers inoxydables à perte, en infraction avec les règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).La lutte contre le dumping a été réaffirmée dans un règlement communautaire de 2009 "relatif à la défense contre les importations qui font l'objet d'un dumping de la part de pays non membres de l'Union européenne". Comme tout membre de l'OMC, l'Union peut donc appliquer une taxe supplémentaire sur les importations, pendant une durée de cinq ans. Depuis le début de l'année, soit en moins de trois mois, elle a ainsi édicté une dizaine de mesures anti-dumping. Elle surtaxe (ou envisage de surtaxer) tous azimuts : poudre de zéolithe A de Bosnie-Herzégovine, glutamate monosodique d'Indonésie, tubes et tuyaux en fonte indiens, panneaux solaires asiatiques, carreaux de céramique chinois (taxés à 26, 3 %)...Souvent, les pays dont les produits sont surtaxés ripostent. Ils peuvent contre-attaquer par une surtaxe...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant