Anti-corridas dans les Landes : pluie de plaintes après la pluie de coups

le
0
Anti-corridas dans les Landes : pluie de plaintes après la pluie de coups
Anti-corridas dans les Landes : pluie de plaintes après la pluie de coups

Au lendemain de l'envahissement spectaculaire des arènes de Rion-des-Landes (Landes) par des militants anti-corrida, qui a fait huit blessés dont un grave parmi les manifestants, les anti-corrida, qui mettent aussi en cause les gendarmes, comme les organisateurs de la corrida se préparaient, dimanche, à déposer des plaintes mutuelles.

Lors des affrontements entre pro, anti et forces de l'ordre, un homme a été grièvement blessé. Âgé d'une soixantaine d'années, ce militant anti-corrida a subi, dans des conditions encore à éclaircir, un fort traumatisme crânien. Transporté par hélicoptère au CHU de Bordeaux et placé dans un coma artificiel dont il est sorti dimanche matin, son pronostic vital n'est «pas engagé», a indiqué le vice-président du CRAC Europe, Jean-Pierre Garrigues. «La famille d'Alain va déposer plainte contre le responsable des arènes qui a donné un coup de poing dans la nuque et des coups au sol. On a les photos», a assuré M. Garrigues.

Samedi, le porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot, Christophe Marie, avait lui assuré que le manifestant avait été «projeté par les gendarmes». Il est revenu dimanche sur ses déclarations. «L'agresseur n'est pas un gendarme. Des personnes sont témoins de coups portés par un aficionado local. L'agresseur a été identifié», a dit dimanche M. Marie.

La Fondation Brigitte Bardot met en cause aficionados et gendarmes

Néanmoins, Jean-Pierre Garrigues a indiqué, dimanche matin, qu'il se rendait à la gendarmerie de Rion-des-Landes, où les gendarmes souhaitent l'entendre, et qu'à cette occasion il allait «déposer plainte contre eux». «Il y a eu des exactions des forces de l'ordre contre les militants qui ont été agressés par les gendarmes», justifie-t-il, évoquant des côtes, bras ou jambes cassés ainsi qu'une commotion cérébrale parmi les sept autres blessés.

De son côté, dimanche Brigitte Bardot, au nom de sa Fondation, a «sévèrement» ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant