Anthony Weber : "Mon échauffement est perturbé si je ne porte pas le bon caleçon"

le
0
Anthony Weber : "Mon échauffement est perturbé si je ne porte pas le bon caleçon"
Anthony Weber : "Mon échauffement est perturbé si je ne porte pas le bon caleçon"

Blessé l'an passé au tendon d'Achille, Anthony Weber devrait récupérer cette saison sa place dans la charnière centrale du Stade de Reims. Pour sa quatrième saison en Ligue 1, l'ancien de Strasbourg et du Paris FC revient sur sa convalescence, sa passion pour la NBA et son goût pour les vieux sous-vêtements.

Tu as manqué l'essentiel de la saison passée à cause d'une rupture du tendon d'Achille en avril 2014 contre Nice. J'imagine que les souffrances de la préparation d'avant-saison passent mieux avec l'envie de faire une saison pleine ? Tout à fait, quand on revient de blessure, on a une préparation tronquée. Celle d'avant-saison et celle en cours de saison ne sont pas pareilles. Là, cela se passe bien, je me sens bien, et je suis revanchard par rapport à la saison passée. J'ai une grosse envie.
Toi qui n'as disputé que 13 matchs la saison passée, tu vas être un peu comme une recrue pour Reims ? Presque. L'important pour moi est d'être bien physiquement, de ne pas être gêné par des pépins physiques comme sur la saison passée et retrouver mon niveau. Je suis sur la bonne voie.
Quand on a été blessé sérieusement comme toi, a-t-on une appréhension au moment de revenir ? Bien sûr, mon tendon a été raide pendant un long moment, il a fallu énormément de soins et de travail pour l'assouplir. Même si tout le monde me disait qu'il était solide et qu'il y avait peu de chances que cela pète à nouveau, il y avait une petite crainte, forcément. Au fil des jours, des séances d'entraînement et des matchs, cela a disparu.
C'était quoi le plus dur à supporter entre le jour où tu t'es blessé en avril et ton retour à la compétition en décembre ? Être à l'écart du groupe. J'étais parti un mois en rééducation à Cap-Breton, et c'était la période justement où le groupe reprenait l'entraînement. Je me sentais mis à l'écart, même si ce n'était pas le cas. C'est toujours compliqué de ne pas être avec le groupe. Et la rééducation a été longue et difficile parce qu'un tendon est toujours difficile à consolider. J'ai dû faire pas mal de séances d'assouplissement du tendon, mais aussi de la musculation du mollet gauche, car j'avais perdu toute ma force musculaire à la jambe gauche. J'ai dû travailler énormément pour retrouver tout ça.
Tu t'es inquiété pour ta place de titulaire ? À ce moment-là, je ne me posais pas la question. L'important pour moi, c'était de revenir le plus vite possible, je ne me concentrais que sur cela. Une fois qu'on se sent prêt physiquement,…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant