Anthony Lopes veut quitter Gerland sur une bonne note

le
0
Anthony Lopes veut quitter Gerland sur une bonne note
Anthony Lopes veut quitter Gerland sur une bonne note

De retour de blessure ce samedi, Anthony Lopes espère faire honneur à la dernière de l'OL en championnat à Gerland. Mais en face, c'est le surprenant promu Angers qui se présente.

Anthony Lopes, comment avez-vous vécu le match à Nantes mardi pour lequel vous étiez forfait ?
Il y a eu une bonne défense avec un très bon gardien. C’était plutôt bien. Ca a bien fonctionné puisqu’on n’a pas pris de but. Mais c’est difficile de vivre le match devant l’écran.

Contre Angers, Lyon disputera son dernier match de championnat à Gerland…
Je n’aurais pas imaginé le jouer. Pouvoir participer à cet événement, ça me fait très plaisir. Je suis venu à quatre ans pour la première fois à Gerland. J’ai eu la chance de supporter l’OL dans les tribunes. Maintenant on pense d’abord à ce match-là avant l’événement qui l’entoure. On se doit d’abord de prendre trois points et ensuite on pensera à cet événement si tout se passe bien. Participer à cet événement me fait extrêmement plaisir et surtout s’il y a les trois points au bout.

« Il y aura une attente exceptionnelle »

Quel souvenir garderez-vous de ce stade ?
Il y en a eu tellement… Il y a eu énormément de moments de spectacle, c’est un tout. Gerland restera le stade de Gerland où il s’est passé énormément de choses : les grandes années 2000 de l’Olympique Lyonnais, les sept titres de champion de France. On ne pourra jamais oublier ce stade et les joueurs qui sont passés sur cette pelouse.

Vous sentez-vous sous pression après une série de quatre matchs sans victoire ? L’attente est-elle encore plus grande avec cette fête attendue à Gerland ?
Il faut gagner. On commencerait à guérir. J’espère qu’il y aura des sourires à la fin du match. Il faut retrouver de la sérénité, une bonne ambiance. Il y aura une attente exceptionnelle, déjà vis-à-vis de nous. On aura à cœur de laisser Gerland sur une très belle note, comme on a pu le laisser le jour du derby contre Saint-Etienne. Hormis ce contexte-là qui est particulier, on se doit déjà de prendre les trois points. C’est le plus important, pour ne pas se faire distancer par un concurrent direct. Et ensuite pour essayer de retrouver cette deuxième place et d’avancer plus sereinement. On a à cœur de tous se révolter et de montrer un autre visage.

« Le vestiaire n’est pas hors de contrôle »

Comment le vestiaire vit-il cette période de doute ? On parle de tensions…
Dans le vestiaire, il y a toujours eu une bonne ambiance. Il y a des choses qui se passent dans la vie de tous les jours comme ce qui a pu se passer sur certaines choses qui sont sorties dans la presse, et qui ont été difficiles à avaler. On fait abstraction de tout ça.

Le vestiaire lyonnais est-il hors de contrôle depuis quelques semaines ?
Je ne dirais pas que le vestiaire est hors de contrôle. C’est une phrase trop dure. C’est toujours compliqué de gérer tout un groupe, il y a peut-être des états d’âmes de certains joueurs par-ci par-là. Ça fait partie du football, ça fait partie du métier. Je ne le ressens pas comme ça.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant