Antennes relais : des médecins en désaccord avec l'Académie de Médecine

le
0
Antennes relais : des médecins en désaccord avec l'Académie de Médecine
Antennes relais : des médecins en désaccord avec l'Académie de Médecine

Appuyée par les médecins de l'Asef (Association Santé Environnement France), la députée Laurence Abeille a déposé en décembre 2012 une proposition de loi demandant l'application du principe de précaution face aux risques des ondes électromagnétiques émises par les antennes relais. Mais l'Académie Nationale de Médecine estime que cette demande est " abusive ", " trompeuse " et " fondée sur un flou scientifique et réglementaire ".

Ainsi, selon elle, le classement en " possiblement cancérigène " (2B) par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) ne concerne pas les antennes relais mais les téléphones portables, dont les niveaux d'émission entraîneraient une exposition aux champs électromagnétiques 100 à 100.000 fois plus forte que les antennes. Et elle ajoute qu' " on ne connaît aucun mécanisme par lequel les champs électromagnétiques dans cette gamme d'énergie et de fréquence pourraient avoir un effet négatif sur la santé ". Elle se fonde pour avancer ces affirmations sur le rapport scientifique de l'Agence Française de Sécurité Sanitaire Environnementale et au Travail (Afsset) relatif aux radiofréquences, daté d'octobre 2009. Ce rapport avait en effet conclu que les champs électromagnétiques utilisés en téléphonie mobile ne génèrent pas de radicaux libres de l'oxygène, ne potentialisent pas le stress oxydant ; ne sont ni génotoxiques, ni co-génotoxiques, ni mutagènes , ni cancérogènes ou

(...) Lire la suite de l'article
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant