Antarctique : le navire de sauvetage chinois à son tour prisonnier des glaces

le
0
Antarctique : le navire de sauvetage chinois à son tour prisonnier des glaces
Antarctique : le navire de sauvetage chinois à son tour prisonnier des glaces

Il partait à la rescousse du navire russe prisonnier des glaces, il s'est lui aussi trouvé pris au piège de la banquise. Le navire chinois qui s'est porté au secours des passagers du MV Akademik Chokalskiï, piégé dans l'enfer blanc de l'Antarctique pendant plus d'une semaine, est désormais lui aussi bloqué.

Le Xue Long --ou Dragon des neiges-- est ancré depuis plusieurs jours au milieu des glaces pour participer au sauvetage des passagers du navire russe bloqué depuis le 24 décembre par la banquise.

Le Xue Long possède un hélicoptère qui a servi à évacuer 52 scientifiques, touristes et journalistes australiens, britanniques et néo-zélandais coincés à bord du MV Akademik Chokalsiï à environ 100 milles marins (180 kilomètres) à l'est de la base française Dumont d'Urville.

Les passagers du navire russe récupérés

Les secours australiens ont dérouté des brise-glaces, dont l'Astrolabe français, sans succès, l'épaisse banquise se révélant infranchissable. Ils ont alors organisé une évacuation par les airs avec le Xue Long. L'opération s'est déroulée en quelques heures jeudi à la faveur d'une amélioration des conditions météo.

L'hélicoptère a récupéré douze passagers à chaque rotation de 45 minutes, transportés sur un navire australien, l'Aurora Australis, dans des conditions périlleuses, les glaces se déplaçant rapidement au gré du vent et des courants.

L'Aurora Australis devait gagner la pleine mer dans la journée et se diriger vers la base australienne de Casey pour faire le plein de carburant avant de mettre le cap sur l'Australie.

Mais il a finalement été décidé de le maintenir sur zone pour porter assistance en cas de nécessité au navire chinois dont la mésaventure illustre les dangers de la navigation en Antarctique et la complexité des interventions de secours.

L'opération menée autour du navire russe "était assez difficile", a confirmé vendredi John Young, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant