Anomalies dans les composants nucléaires : Areva plus optimiste que l'Autorité de sûreté

le
1
Anomalies dans les composants nucléaires : Areva plus optimiste que l'Autorité de sûreté
Anomalies dans les composants nucléaires : Areva plus optimiste que l'Autorité de sûreté

S'agit-il simplement d'incohérences dans les dossiers de fabrication ou de réelles anomalies dans les pièces produites au sein de l'usine du Creusot (Saône-et-Loire) d'Areva? «Areva doit encore prouver que les anomalies révélées en avril dans la procédure de fabrication de nombreux composants de réacteurs nucléaires ne mettent pas en cause leur résistance», a indiqué ce mardi l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN). Cet audit qualité avait été lancé fin 2015 à la suite de la découverte d'un défaut dans la composition de l'acier de la cuve du réacteur EPR de Flamanville (Manche), fabriquée sur le site. La réponse du groupe nucléaire français n'a pas tardé puisqu'il a a assuré, ce mardi également, qu'«une première analyse interne sur deux tiers de ces constats (d'anomalies) est achevée» et qu'«elle ne remet pas en cause l'intégrité mécanique des pièces fabriquées.»

 

Conclusion hâtive pour l'ASN

Seulement voilà, l'ASN estime que «les justifications fournies à ce jour sont insuffisantes pour aboutir à cette conclusion», a déclaré Guillaume Bouyt, chef de l'antenne basée à Caen (Calvados), interrogé sur le sujet lors d'une conférence de presse de bilan régional annuel. «La question n'est pas réglée (...) L'instruction continue», a-t-il ajouté, rappelant que les «dysfonctionnements dans le processus d'assurance de la qualité des pièces pourraient concerner un grand nombre de pièces, de l'ordre de 400».

 

En mai, le gendarme du nucléaire avait précisé que sur ces 400 pièces produites depuis 1965 «une cinquantaine serait en service sur le parc électronucléaire français». Il reste à préciser quelles centrales sont concernées, a indiqué ce mardi Guillaume Bouyt. «Pour certains équipements, en particulier les générateurs de vapeur, qui font l'objet d'un examen prioritaire, l'ASN estime que les compléments doivent être fournis dans des délais restreints», a-t-il précisé. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • m1234592 il y a 6 mois

    En 2017 il faudra détourner l'Amazone !