Annie Ernaux raconte Auchan

le
0
Auchan de Faches-Thumesnil, le 6 décembre 2012.
Auchan de Faches-Thumesnil, le 6 décembre 2012.

Jusqu'en 2007, raconte Annie Ernaux, le rayon super discount d'Auchan, au centre commercial Trois-Fontaines, à Cergy, était installé à côté d'un rayon bio de petite taille, à l'intersection des deux ailes du niveau 2. Plus tard le bio a crû, et le discount, déménagé. Il se trouve désormais au fond du même étage, près de la nourriture pour animaux, moins engageant qu'elle cependant avec ses emballages neutres empilés sur des palettes et ses caisses de bonbons ou de biscuits apéritifs en libre service. "Ici le langage habituel de séduction, fait de fausse bienveillance et de bonheur promis, est remplacé parce celui de la menace, clairement exprimée. Sur toute la longueur du rayon self discount, en bas, un panneau avertit en rouge Consommation sur place interdite."Dans Regarde les lumières mon amour, sixième titre de la collection "Raconter la vie" lancée au Seuil par Pierre Rosanvallon, Annie Ernaux tient sur une année le journal de ses passages au Auchan de la région parisienne qu'elle a l'habitude de fréquenter. La chose est à peu près inédite : le supermarché n'est pas - n'était pas jusqu'ici - un objet littéraire. D'abord, avance la romancière, parce qu'il demeure une sorte d'"extension du domaine féminin" : "Ce qui relève du champ d'activité plus ou moins spécifique des femmes est traditionnellement invisible, non pris en compte, comme d'ailleurs le travail spécifique qu'elles effectuent." Ensuite, suppose-t-elle, parce...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant