Année historique pour les commerces pour BNP Paribas Real Estate

le
0

2014 a été une année historique pour les commerces. Avec des investissements de 6,4 mds €, il s'agit du plus important volume investi depuis 2007 note BNP Paribas Real Estate. La société estime les perspectives 2015 encore « très belles ».

Les récentes Rencontres BNP Paribas Reals Estate ont donné lieu notamment, à une analyse du marché des commerces en 2014. Du fait de leur résilience, ce segment est « de plus en plus intégré́ dans les stratégies d’allocation des investisseurs en Europe ». Concrètement, cela s’est traduit par un doublement du volume d’investissement qui atteint 6,4 mds (contre 3,2mds d € en 2013). Un montant qui représente aussi près de 25 % du volume total des investissements (26mds €).

2014 est ainsi « une année historique avec le plus important volume investi depuis 2007 ». La France connaît désormais une situation similaire à celle du Royaume-Uni et de l’Allemagne où la part des commerces représente depuis plusieurs années entre 25 à 35 % des montants engagés. Pourquoi ? D’une part, les grandes foncières ont décidé d’arbitrer les actifs ne correspondant plus à leur stratégie. D’autre part, de nouveaux entrants spécialisés comme Carmila, mais aussi des généralistes, veulent allouer plus de fonds dans le secteur.

Les acquéreurs sont majoritairement français avec en tête les institutionnels comme les SCPI et les OPCI, les assureurs (souvent en indirect), les « family offices » et les nouveaux entrants comme Tikehau ou Wereldhave. Le poids des investisseurs étrangers montre néanmoins une croissance marquée. Pour 2015, près d’un md € sont d’ores et déjà en cours de négociation.

En terme de perspectives, BNP Paribas REM anticipe une croissance potentielle à 0,7 %. La persistance de taux financiers bas justifie de nouvelles baisses des taux de rendement immobiliers cette année. Cette tension à la baisse s'observera sur les classes d’actif « core » comme sur les autres segments de marché. Pour autant, la société estime que les fondamentaux du marché français sont sains. D'abord, « les primes de risque actuelles et attendues à moyen terme continuent à largement rémunérer le risque immobilier ». De plus, « la comparaison des prix actuels de transaction avec leurs historiques est assez rassurante ». C’est pourquoi les prix des bureaux, en particulier, disposent à moyen terme d’un potentiel de croissance, tant via le levier des taux que celui des loyers ».

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant