Anne Hidalgo, la frondeuse de l'Hôtel de Ville

le
2
Anne Hidalgo, la frondeuse de l'Hôtel de Ville
Anne Hidalgo, la frondeuse de l'Hôtel de Ville

La scène se passe le 9 janvier devant l'Hyper Cacher de la porte de Vincennes, à Paris. Les mots du Premier ministre débordent le cadre habituel d'une commémoration. « Pour ces ennemis qui déchirent ce contrat qui nous unit, il ne peut y avoir aucune explication qui vaille. Car expliquer, c'est déjà un peu excuser », lance-t-il devant un groupe de personnalités un peu interloquées. « Ça, c'est pour Hidalgo », murmure entre ses dents un des responsables nationaux du PS. Visée, la maire de Paris ne bouge pas un cil...

Pour bien comprendre, il faut remonter un mois plus tôt lors du meeting final des régionales en Ile-de-France. Anne Hidalgo avait fait entendre sa petite musique en expliquant que « certaines situations sociales complexes » peuvent conduire « à la folie ». Valls lui avait répondu en rejetant fermement de « soi-disant explications ».

Ce n'est pas la première fois que ces deux-là règlent leurs comptes en public. A peine élue en mars 2014, celle qui succède à Bertrand Delanoë monte à l'assaut de Matignon pour boucler le budget municipal grevé par la baisse des dotations de l'Etat. Depuis, Hidalgo n'a jamais hésité à faire entendre haut et fort son point de vue. Et pas seulement vis-à-vis du Premier ministre. « Sa boussole, c'est l'intérêt des Parisiens », justifie son directeur de cabinet, Mathias Vicherat.

Prendre à témoin l'opinion est aussi une tactique efficace. La ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, en sait quelque chose : François Hollande a fini par donner raison à la maire de Paris pour la circulation alternée les jours de pollution. Cette dernière n'a pas hésité pour autant à dire son désaccord avec le chef de l'Etat sur des sujets aussi divers que l'annonce (prématurée) de la candidature aux JO de 2024 ou la déchéance de nationalité. Son empoignade avec le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, sur le travail du dimanche fut aussi homérique.

« Je ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mary2776 il y a 12 mois

    les idéologues gouvernent la FRANCE

  • dotcom1 il y a 12 mois

    Facile d'être frondeuse dans une ville prospère sans HLM ni problème d'attractivité.