Ankara rejette la résolution "nulle et non avenue" du Parlement européen

le , mis à jour à 15:29
17
Le ministre turc des Affaires européennes Omer Celik, le 9 novembre 2016 à Ankara ( AFP / ADEM ALTAN )
Le ministre turc des Affaires européennes Omer Celik, le 9 novembre 2016 à Ankara ( AFP / ADEM ALTAN )

Le ministre turc des Affaires européennes Omer Celik a qualifié jeudi de "nulle et non avenue" la résolution du Parlement européen appelant à un gel temporaire du processus d'adhésion de la Turquie au bloc européen.

Cette décision est "nulle et non avenue", dénote un "manque de vision" et "restera dans l'histoire comme très mauvaise", a déclaré M. Celik lors d'une conférence de presse retransmise à la télévision.

Le Parlement européen a justifié sa décision par la répression "disproportionnée" en cours depuis le coup d'Etat avorté de juillet, après lequel les autorités turques ont lancé des purges tous azimuts qui ont notamment frappé des opposants kurdes et des médias critiques.

Cette résolution, qui n'est pas contraignante, "n'est pas à prendre au sérieux", a ajouté M. Celik.

Le texte - soutenu par les quatre principaux groupes au Parlement européen, conservateurs, socialistes, libéraux et Verts - a été approuvé par 479 voix pour, 37 contre et 107 abstentions.

Anticipant le vote, le président turc Recep Tayyip Erdogan avait estimé mercredi qu'il était "sans valeur quel qu'en soit le résultat", même s'il est seulement consultatif. La décision de suspendre le processus d'adhésion appartient en effet aux Etats membres.

L'hémicycle du Parlement européen, le 22 novembre, à Strasbourg
L'hémicycle du Parlement européen, le 22 novembre, à Strasbourg ( AFP/Archives / FREDERICK FLORIN )

Les relations entre Ankara et Bruxelles, déjà tumultueuses, se sont davantage tendues après le putsch manqué, le gouvernement turc reprochant aux Européens un "manque de solidarité".

Les tensions ont atteint de nouveaux sommets ces dernières semaines, M. Erdogan évoquant l'organisation d'un référendum pour décider de poursuivre ou non le processus d'adhésion.

La Turquie, a-t-il même déclaré dimanche, pourrait frapper à la porte de l'Organisation de coopération de Shanghaï (OCS), une structure coparrainée par la Chine et la Russie.

La Turquie postule à l'entrée de l'UE depuis 1987 et les négociations ont officiellement débuté en 2005. Après une accélération en mars par la signature d'un accord sur les réfugiés, elles sont maintenant au point mort depuis plusieurs mois.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7097610 il y a une semaine

    Erdogan prend les européens pour ses journalistes qu'il emprisonne...ce n'est pas comme cela qu'il réussira

  • 34flora il y a une semaine

    ce n'est pas en menaçant qu'ils vont se faire accepter....

  • M608962 il y a une semaine

    veulent déjà faire leur loi

  • bobded il y a une semaine

    80 millions ils seront bientot 100millions et sans travail il faut fermer la porte a double tour

  • laurus il y a une semaine

    Ce type est un "formidable" joueur d'échecs qui place ses pions depuis plus de 10 ans, sous couvert de modernisation de la société turque pour qu'on le laisse tranquille. Fort de la faiblesse actuelle des occidentaux, il file désormais vers son seul véritable objectif : devenir le sultan d'un état turc islamiste redevenu puissant et incontournable. Retenez ses mots : "la démocratie c'est comme le tramway : une fois arrivé à destination, on en descend. Ce n'est pas une fin, c'est un moyen".

  • brinon1 il y a une semaine

    LA DEMANDE d'adhèsion à l'Union Européenne par la Turquie depuis 1962 est aussi sans valeur et purement fictive en ce qui nous concerne. Si depuis plus de 50 ans elle n'a pas encore compris celà confirme que nous ne parlons pas le même langage.

  • 5701726 il y a une semaine

    Certes, il ne fallait pas accepter des pays comme la Roumanie et la Bulgarie, pauvres et surtout corrompus jusqu'à la moelle....etc La corruption prévaut aussi dans bien d'autres : Slovaquie, Rep. tchèque, Grèce évidemment et Chypre etc, etc, etc Que des poids morts (certes grosse corruption en Italie mais ils produisent/apportent quelque chose....les pays pré-cités ?????)

  • worsbunc il y a une semaine

    NON A LA TURQUIE EN ZONE EURO NON NEGOCIABLE LES PEUPLES N EN VEULENT PÄS

  • npi6711 il y a une semaine

    Puisqu'ils ont un accord avec la russie, on devrait les virer de l'OTAN

  • jpc50 il y a une semaine

    Ils ont fumé le tapis ça explique pourquoi ils volent dans des nuages bleus en compagnie d'éléphants roses, un tapis volant évidemment, ça va sans dire...